Nocivité possible des e-cigarettes: «Une interdiction peut être nécessaire dans certains lieux publics»

Paul Gosset
— 
 Utilisation d'une cigarette électronique.
 Utilisation d'une cigarette électronique. — ANGOT/SIPA

Formaldéhyde, acroléine, acétaldéhyde, nickel, chrome… La vapeur des e-cigarettes contiendrait des «molécules cancérogènes en quantité significative», selon la revue 60 millions de consommateurs. Alors faut-il imposer à la cigarette électronique les mêmes restrictions qu’à la bonne vieille cigarette?

>> Retrouvez le constat de la revue 60 millions de consommateurs à propos de l’e-cigarette.

«Oui il faut donner les mêmes restrictions à la cigarette électronique qu’à la cigarette classique!» 

Philippe est vapoteur depuis plus de 6 mois, s’il prend conscience que dans un lieu cela peut être gênant, il ne sortira pas sa cigarette électronique, il évitera de vapoter, il pense qu’une «interdiction peut être nécessaire dans certains lieux publics». Alors que Madie, bientôt ex-fumeuse grâce à son e-cigarette, est capable d’accepter l’interdiction de la cigarette électronique dans les lieux publics si on lui prouve sérieusement qu’elle est dangereuse.

Lyssia remarque que la cigarette électronique est un dispositif conçu pour arrêter de fumer, ou au moins diminuer sa consommation. Autoriser son utilisation dans plus d'endroits que la vraie cigarette serait donc contradictoire et contre-productif.

Imp ne se modère pas: «Oui il faut donner les mêmes restrictions à la cigarette électronique qu’à la cigarette classique!» Gogan voit seulement deux similitudes entre la véritable cigarette et l’e-cigarette, «elle permet de s'alimenter en nicotine et porte en partie le même nom: cigarette»

«En inhalant les vapeurs de son voisin, le non-vapoteur ne sait pas ce qu’il inhale, c’est pour ça qu’il faut des lois», lance Kilucru.

«Ce sont les personnes qui aspirent cette fumée qui s'empoisonnent» 

Titpuce indique que «la cigarette électronique représente une bonne alternative pour les fumeurs qui souhaitent réduire ou arrêter leur consommation de cigarettes. Le manque à gagner pour les fabricants de tabac et pour l'Etat leur pose certainement un problème.»

Studette pense que les vapeurs rejetées ne sont pas nocives pour les voisins, «jusqu'à preuve du contraire ce sont les personnes qui aspirent cette fumée qui comporte essentiellement de la nicotine et qui n'est pas transmissible dans l'air qui s'empoisonnent.»

Goel voudrait simplement des normes européennes pour avoir une meilleure traçabilité des produits contenus à l’intérieur des cigarettes électroniques, pour lui, elles contiendraient ainsi certainement moins de produits nocifs.