Un membre des Pink Panthers arrêté dans le Vaucluse

Vincent Vantighem
— 
Un membre des Pink Panthers lors d'un procès de plusieurs membres du gang qui a eu lieu en 2008 à Chambéry.
Un membre des Pink Panthers lors d'un procès de plusieurs membres du gang qui a eu lieu en 2008 à Chambéry. — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Il a bien tenté de s’enfuir par une fenêtre. Mais les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) d’Avignon et de la brigade régionale d’intervention (BRI) de Montpellier avaient cerné la villa. Un membre présumé des Pink Panthers a été interpellé, lundi matin, à Bedarrides (Vaucluse), a appris ce mercredi 20 Minutes auprès de Pascal Gontier, le directeur adjoint du Service régional de la police judiciaire de Montpellier (Hérault).

Agé d’une quarantaine d’années, cet homme d’origine macédonienne faisait l’objet de deux mandats de recherche émis par la Suisse et la Macédoine. «Il s’était évadé de la prison de Bois-Mermet près de Lausanne (Suisse) en mai dernier, précise Pascal Gontier. Depuis il était recherché. Les investigations ont permis d’établir qu’il était réfugié dans notre secteur.»

Condamné pour un meurtre dans son pays

L’homme, qui passe pour appartenir au célèbre gang de voleurs de bijoux, a déjà été condamné en 1998 par contumace pour un meurtre commis dans son pays. Il était également recherché par la Suisse pour une affaire de vol à main armée. Placé en garde à vue lundi matin, il a été déferré au parquet général de Nîmes (Gard) mardi et placé sous écrou en attendant son extradition. «C’est une belle arrestation, poursuit Pascal Gontier. Le gang des Pink Panthers est tout de même célèbre à travers le monde.»

Comptant près de 300 membres originaires de l’ex-Yougoslavie, les Pink Panthers se sont fait une réputation en s’attaquant aux bijouteries de luxe en faisant preuve de beaucoup de sang-froid. Ils doivent leur nom aux policiers de Scotland Yard après un braquage commis à Londres en 2003 où les malfaiteurs avaient dissimulé un diamant dans un pot de crème de soins comme dans le film éponyme de Black Edwards sorti en 1963.

Selon les premières investigations, l'homme n'aurait en revanche pas de lien avec les vols de bijoux qui ont eu lieu cet été dans le Sud de la France, notamment celui du Carlton de Cannes où 103 millions d'euros de bijoux ont été dérobés fin juillet.