Un anti-mariage gay survole les plages pour dénoncer Hollande

POLITIQUE Une initiative qui ne fait pas l'unanimité...

avec AFP

— 

Un militant anti-mariage gay survole depuis une semaine les plages du littoral atlantique avec un ULM tractant une banderole appelant à la démission du président François Hollande, ont constaté des journalistes de l'AFP.
Un militant anti-mariage gay survole depuis une semaine les plages du littoral atlantique avec un ULM tractant une banderole appelant à la démission du président François Hollande, ont constaté des journalistes de l'AFP. — Marcel Mochet AFP

Un militant anti-mariage gay survole depuis une semaine les plages du littoral atlantique avec un ULM tractant une banderole appelant à la démission du président François Hollande, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La banderole, longue d'une vingtaine de mètres, porte l'inscription «Hollande-démission.fr», du nom d'une pétition en ligne appelant à la destitution du chef de l'Etat, via un référendum d’initiative partagée.

Le passage de l'ULM suscite des réactions contrastées sur les plages, certains vacanciers applaudissant, d'autres ne cachant pas leur exaspération. «Je trouve désespérant de voir des choses comme ça. Je vois ça comme une agression. Ca flatte les bas instincts», estime Marc, à La Baule (Loire-Atlantique), où l'appareil se trouvait samedi.

Piloté par l'entrepreneur parisien David Van Hemelryck, 33 ans, un opposant au mariage pour tous qui avait notamment coorganisé le «camping pour tous» dans le jardin du Luxembourg pendant l'examen du texte par le Sénat, l'ULM a démarré sa tournée à Biscarosse (Landes), avant de remonter vers le nord.

Envoyer un électrochoc

«Le but n'est pas de choquer, mais d'envoyer un petit électrochoc et de faire passer un message, celui de la responsabilité du citoyen au nom duquel toutes les décisions sont prises», indique David Van Hemelryck.

L'intéressé assure avoir les certificats lui permettant d'effectuer ses survols, et d'avoir pu continuer ses activités après avoir fait l'objet d'une visite de routine des gendarmes.

Le site Hollande-démission.fr revendiquait samedi 11.626 signatures. Parmi les griefs faits au chef de l'Etat, la pétition lui reproche de «ne mener aucune réforme qui permettrait le redressement économique du pays de manière durable et stable», mais aussi de «bafouer l’image de notre République en permettant d’outrager l’un de ses symboles: notre Marianne, la présentant sous les traits d’une prostituée ukrainienne».