Noyades: Pinel n'écarte pas la possibilité de verbaliser les imprudents

SÉCURITÉ ministre du Tourisme a souligné qu'elle souhaitait «qu'il y ait une prise de conscience collective». «Chacun doit prendre conscience que c'est un comportement dangereux»...

20 Minutes avec AFP
— 
Sylvia Pinel, Ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme visite les marchés de Noël de Strasbourg, le 30 novembre 2012.
Sylvia Pinel, Ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme visite les marchés de Noël de Strasbourg, le 30 novembre 2012. — Gilles Varela/20 Minutes

La ministre du  Tourisme,  Sylvia Pinel, n'a pas écarté une verbalisation des personnes  qui font fi  d'un drapeau rouge flottant sur leur lieu de baignade,  alors que quinze  personnes se sont noyées en mer, en rivière ou sur des  plans d'eau  depuis vendredi en France.

«Il faut qu'il y ait beaucoup plus de prise  en considération  de la responsabilité des parents et de l'ensemble des  personnes qui vont  à l'eau alors que les drapeaux sont rouges», a  commenté la ministre sur  RTL. Interrogée sur l'opportunité de verbaliser  ceux qui ne  respectaient pas ces mises en garde,  Sylvia Pinel a répondu: «Cela peut  passer par là mais je souhaite surtout qu'il y ait une prise  de  conscience collective».

91 noyades depuis début juillet

Selon elle, il s'agit d'«une responsabilité  collective.  Chacun doit prendre conscience que c'est un comportement  dangereux quand  on ne respecte pas les règles de sécurité». «Il n'est  pas normal que  les vacances se transforment en drame, en désastre dans  des familles qui  resteront meurtries par de telles noyades».

Depuis le début du mois de juillet,  91 personnes se sont noyées en France, dont 37 sur le littoral. L'Hérault, prisé pour ses stations  balnéaires, paie un lourd  tribut avec 10 accidents mortels en un mois.  Pour la seule journée du 28  juillet, sept hommes âgés de 42 à 73 ans  ont été emportés par une forte  houle, alors que les drapeaux rouge ou  orange étaient hissés.

Le préfet de l'Hérault Pierre Bousquet de  Florian a invité  les treize maires des communes du littoral à  verbaliser les imprudents  par une contravention de 11 à 33 euros, en  vertu de leurs pouvoirs de  police.