Retour de Diane 35: «Ce n'est pas le médicament qu'il faut blâmer mais les médecins qui l'ont prescrit en usage détourné»

Cédric Garrofé
— 
Illustration de plaquettes de pilules Diane 35, un antiacnéique détourné en contraceptif.
Illustration de plaquettes de pilules Diane 35, un antiacnéique détourné en contraceptif. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Diane 35 va faire son grand retour dans les pharmacies. La Commission européenne a imposé mardi à la France de commercialiser à nouveau ce traitement anti-acné, régulièrement prescrit comme pilule contraceptive avant son retrait en mai au vu des risques de thrombose veineuse. Une décision qui vous fait réagir. 

«Inadmissible de l’avoir supprimé aussi brutalement»

S’il y en a une qui est soulagée du retour de Diane 35, c’est bien Shura, une jeune femme adepte depuis plusieurs années de cette pilule, qu’elle prenait autant en traitement anti-acnéique qu’en contraceptif. «Avec ma nouvelle pilule, mon acné était revenue. Je suis vraiment très impatiente de la récupérer.»

Une position que partage triskel. «Je suis satisfaite de son retour, et je n’en oublie pas toutes ces patientes qui, comme moi, l’utilisaient et ne vont pas hésiter à lui refaire confiance. Diane 35 est très efficace pour empêcher l’acné ou comme contraceptif.»

«Inadmissible!», s’offusque pour sa part Gogwoman. Non pas du retour de Diane 35, mais de la décision de la France de l’avoir suspendu en mai 2013. «Le médicament a un effet contraceptif mais n’en est pas un. Rappelons-le. Il est normal qu’il revienne sur le marché, pour les personnes qui n'ont pas d'autre solution que de le prendre.»  

«Ce n'est pas le médicament qu'il faut blâmer mais plutôt les médecins qui l'ont prescrit en usage détourné en tant que contraceptif», renchérit momo83500.

«Les laboratoires pharmaceutiques ont fait pression sur l’Union européenne»

Pour clippy, la coupable est toute désignée, l’Europe. «Il faut se rendre à l'évidence, nous dit-elle, les laboratoires ont beaucoup d'amis à Bruxelles. Pensez-vous vraiment que l'agence européenne du médicament soit plus compétente que l’agence française? C’est à mourir de rire, ou de honte…»

Une toute puissance des lobbys pharmaceutiques? Pour Fatima, cela ne fait aucun doute. «Les laboratoires pharmaceutiques ont fait pression pour la réintroduction de ce médicament sur notre sol français.» L’internaute tient aussi à lancer une pique envers des médecins, qui ne feraient «pas convenablement» leur travail. «Beaucoup de docteurs ont prescrit ces pilules sans même demander une prise de sang. Ce n’est pas normal. Aujourd’hui, on nous bouffe notre santé et notre argent.»

Fargo enfonce le clou. «Certes, il y a des restrictions, mais le retour de Diane 35, c’est bien la preuve que c'est Bruxelles qui gouverne les différents pays qui composent l’Europe.»

Que pensez-vous du retour de Diane 35? Êtes-vous prête lui faire confiance comme antiacnéique? Pourquoi? Le débat continue dans les commentaires ci-dessous...