Météo: Après «un mois de juillet exceptionnel», le début du mois d'août devrait tenir ses promesses

PRÉVISIONS 20 Minutes» vous propose un petit bilan à mi-parcours de la météo de vos vacances...

Maud Pierron

— 

Sur une plage à Arcachon.
Sur une plage à Arcachon. — TRAVERS/SIPA

Bientôt le chassé-croisé des vacances. Les «juilletistes» vont rentrer, le teint halé, le moral au zénith après «ce mois de juillet exceptionnel», selon Cyrille Duchesne, prévisionniste à Météo Consult. «Avec 22,7 degrés de moyenne, c’est le 3e mois de juillet le plus chaud, après 2006, où les températures moyennes ont atteint 24,5 degrés en moyenne, et 1983, où les températures s’étaient hissées à 23,2 degrés en moyenne», détaille-t-il alors que d’habitude, juillet culmine à 20,7 degrés (de moyenne). Une situation rendue possible par «un blocage anticyclonique sur la France et les îles britanniques qui ont empêché les perturbations de passer», explique-t-il.

Toute la France s’en est rendu compte, sourire aux lèvres, ce mois de juillet a été particulièrement ensoleillé. Avec une moyenne de + 40% par rapport aux mois de juillet habituels. Pour certaines régions, comme le Nord-Ouest et la Bretagne «qui a battu ses records d’ensoleillement», on a même rarement vu ça. Par exemple, Brest a connu 276 heures d’ensoleillement contre 169 heures pour un mois de juillet classique. Soit un bond de 60%. Même tendance pour les côtes de la Manche, traditionnellement moins «touchée» par le soleil. La majeure partie du pays a connu ce bonus de soleil. Sauf le Sud-Est, qui est resté dans la moyenne de ce qu’il a habituellement mais parce que le pourtour méditerranéen se trouve généralement bien loti niveau soleil.

Pas d’alerte à la sécheresse en perspective

Quant aux précipitations, la situation est «très hétérogène» selon les régions puisque le mois de juillet s’est caractérisé par un fort nombre d’orages. Dans le Sud-Ouest, par exemple le Bordelais et la Charente-Maritime ont été «très arrosés», rappelle Cyrille Duchesne, mais la Dordogne et les Landes «sont très sèches». La bonne nouvelle, c’est que malgré ce record de températures et d’ensoleillement, la sécheresse ne devrait pas pointer le bout de son nez. Merci qui? Merci l’hiver et le printemps pourri! «Pendant six mois, les pluies ont été importantes donc les nappes phréatiques, en profondeur, sont bien remplies. Il peut toujours y avoir quelques problèmes de sécheresse en surface, mais il ne devrait pas y avoir d’alerte à la sécheresse», détaille le prévisionniste.

Les «aoûtiens» auront-ils autant de chance que leurs camarades? Pour l’instant, oui. D'ailleurs, ce jeudi 1er août est le jour le plus chaud de l'été. Dans les huit à dix jours qui arrivent, les prévisions semblent calquées sur la fin juillet: «Des pics de chaleurs, ponctués d’épisodes orageux courts qui rafraîchissent la température, mais pas très longtemps», développe Cyrille Duchesne. En revanche, après le 10 août, même si les prévisions sont moins fiables, la tendance semble être un peu moins bonnes. «C’est un peu plus perturbé entre le 10 et 15 août, les températures pourraient être moins élevées et il pourrait y avoir quelques épisodes pluvieux.» Dommage pour ceux qui comptaient prendre leur pont du 15 août.