Retraites: Touraine affirme que la réforme ne sera pas «brutale»

© 2013 AFP

— 

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, en charge du dossier des retraites a affirmé jeudi que la réforme ne serait ni "brutale" ni d'effet immédiat pour ceux qui s'apprêtent à partir.
La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, en charge du dossier des retraites a affirmé jeudi que la réforme ne serait ni "brutale" ni d'effet immédiat pour ceux qui s'apprêtent à partir. —

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, en charge du dossier des retraites a affirmé jeudi que la réforme ne serait ni «brutale» ni d'effet immédiat pour ceux qui s'apprêtent à partir.

«J'entends certains Français qui se disent : +j'avais prévu de partir à la retraite, est-ce que les conditions de retraite pour moi vont être bouleversées?+», a indiqué la ministre sur RTL.

«Il ne s'agit évidemment pas d'engager une réforme brutale qui, du jour au lendemain, modifierait les perspectives pour les Français», a-t-elle assuré.

S'agissant du contenu de la réforme, la ministre, qui a été reçue mercredi à Matignon et devait l'être jeudi à l'Elysée, a répété que les différentes options étaient «toujours l'objet de discussions».

Elle a répété, sans précisions, que le gouvernement allongerait la durée de cotisation mais ne toucherait pas à l'âge légal.

Au sujet d'une éventuelle augmentation de la CSG pour combler le déficit des régimes de retraites (20 milliards en 2020), une idée qui a refait surface ces derniers jours dans la presse, sans confirmation officielle, Mme Touraine a indiqué que la CSG était une «option qui a assurément une forte cohérence».

«Elle permet de financer les régimes sociaux de façon très claire, très identifiée mais il y a d'autres pistes envisageables et les décisions ne sont pas encore arrêtées», a-t-elle ajouté.