Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les moustiques…

— 
Moustique.
Moustique. — TASKINEN/LEHTIKUVA OY

Mais pourquoi ça gratte? Chacun ne répond pas de la même manière à une piqûre de moustique. «Le moustique vous injecte de la salive pour vous anesthésier et un antigoagulant pour que le sang passe dans sa trompe», explique Charles Jeannin, entomologiste pour l’entente interdépartementale de démoustication en Languedoc-Roussillon. Notre système immunitaire réagit plus ou moins à cette salive. Deux personnes qui se font piquer de la même manière ne vont pas donner le même témoignage.

Vraiment dangereux? Dengue, chikungunya, virus du Nil occidental… Les moustiques ne nous offrent pas seulement quelques gratouillis. Le responsable? Le moustique-tigre, petit, urbain, qui étend son aire d’action petit à petit. Au début repéré dans une partie de Var, il vole et pique désormais les sur tout le pourtour méditerranéen français. Mais Paul-Henri Consigny, docteur et responsable du centre médical de l’Institut Pasteur, souligne que «dengue et chikungunya restent des maladies du voyage et les cas en France très rares et très surveillés». Les symptômes se ressemblent pour ces trois maladies: cela ressemble à une grippe, mais au lieu d’avoir le nez qui coule, on a des tâches rouges sur tout le corps pour la dengue et des douleurs aux articulations pour le chikungunya. Si vous constatez ces symptômes, l’urgence, c’est de se mettre à l’abri des moustiques, «pas pour éviter d’attraper la maladie mais pour ne pas la transmettre» à des autochtones. Car il n’existe pas de traitement pour ces virus.

Une question de sueur. Si les moustiques sont vos amis, séduisez-les avec des vêtements imbibés de sueur. «Le moustique est attiré par l’animal à sang chaud qui respire, rappelle Charles Jeannin, entomologiste. En clair, le CO2 que nous rejetons et certaines molécules comme l’acide lactique et l’octénol, présents dans la sueur. Comme les hommes ont à peu près les mêmes poumons et la même température, ça se joue sur la composition de la sueur, propre à chacun. Il est même arrivé que pour des études de terrain on remplace l’attractif par des chaussettes sales…»

Les plus touchés. On a toujours l’ami pratique qui attire plus les moustiques… et qui a une justification souvent originale. Certaines études faites en Afrique ont prouvé que les personnes qui ont bu de la bière aimantent ces petits insectes volants. C’est en réalité l’alcool qui serait coupable: il nous ferait rejeter par la peau les molécules adorées des moustiques. Les femmes enceintes, parce que la composition de leur sueur change, parce que la température de leur corps augmente et qu’elles émettent plus de CO2 seront aussi des victimes toutes trouvées. Enfin, les personnes malades composent une cible de premier choix avec leur fièvre.

Les précautions. Premier réflexe: sus aux eaux stagnantes. Si c’est l’Etat, et notamment les ententes interdépartementales pour les démoustications qui s’occupent d’épandre une bactérie biologique dans les milieux naturels, marais et autres, chacun peut rester vigilant en vidant les pots de fleurs, brouettes et bidons pour éviter que les larves s’y développent. Et une fois que les moustiques adultes volent au dessus de vous, plusieurs techniques sont recommandées. Les répulsifs restent la solution la plus efficace, selon Charles Jeannin. Mais ce n’est pas anodin, notamment pour les femmes enceintes et les jeunes enfants (voir les recommandations du ministère de la Santé). Les prises insecticides peuvent fonctionner, «mais à utiliser avec parcimonie parce qu’elles diffusent dans un endroit clos un insecticide». De même, les spirales à brûler s’avèrent pratiques. Et pour venir à bout du moustique-tigre, vous pouvez activer un ventilateur car il n’apprécie pas le vent. Par contre, «tout ce qui est à base d’huiles essentielles et les bracelets, qui font un malheur, n’ont aucune efficacité.»

Choisir sa destination. Si vous n’avez pas encore choisi où poser vos valises cet été, vous pouvez jeter un œil sur un nouveau site utile: www.vigilance-moustiques.com propose des cartes, ressemblant à celles de Météo France, mais qui lance des alertes si besoin quand des foyers de ces insectes à trompe sont signalés. L’Aube a vécu un mois de juin particulièrement riche en piqûres, pour cause d’inondations, mais l’invasion semble moins palpable aujourd’hui.

Des vêtements clairs. Les insectes sont attirés par les couleurs sombres (noir, bleu foncé…). Préférez donc des tenues claires, et bien sûr longues pour éviter les bras et jambes décorées de boutons. Logique, sur un tissu sombre, il reste plus discret que sur un drap blanc… et a donc plus de chances de survivre. Mais vos vêtements doivent aussi rester amples, car les moustiques se permettent le luxe de piquer au travers des T-shirt moulants.