Information judiciaire ouverte contre Thomas Fabius

JUSTICE L'achat d'un appartement de sept millions d'euros intrigue la justice...

M. Go.
— 
Thomas Fabius, le fils de l'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius,  lors de la premiere de " La Môme", à Paris, le 12 février 2007.
Thomas Fabius, le fils de l'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius,  lors de la premiere de " La Môme", à Paris, le 12 février 2007. — LYDIE/SIPA

Dans l'affaire Thomas Fabius, la justice progresse. Selon lemonde.fr, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire,  le 27 juin, pour «faux», «escroquerie» et «blanchiment» à l'encontre du fils du ministre des Affaires étrangères. L’enquête a été confiée aux juges d'instruction René  Cros et Roger Le Loire.

>> Lire le portrait de Thomas Fabius

Les magistrats du pôle financier s'intéressent à des flux financiers  autour de Thomas Fabius, le fils aîné du ministre. Les juges s'interrogent notamment sur l'acquisition en juin  2012 d'un appartement de 280 m² à Paris, pour une valeur de sept millions  d'euros. Le Point avait révélé fin avril que le parquet de Paris se demandait comment Laurent Fabius avait pu faire cet achat immobilier, alors qu'il ne paie pas d'impôts sur le revenu en France.

Emprunts ou gains de jeu?

L'avocat du fils de Fabius, Cyril Bonan,  avait expliqué dans un communiqué les conditions de financement de  l'achat de ce bien immobilier: «Elle  a été financée pour partie par un  apport personnel de M. Thomas Fabius  et pour partie par un emprunt  bancaire, lequel est assorti de garanties  usuelles, en l'occurrence une  hypothèque sur le bien immobilier,  ainsi qu'un contrat d'assurance-vie souscrit par Thomas Fabius et donné  en gage à la banque.» Le fils du ministre avait expliqué au Point que  sa société de consulting, TF Conseils, avait servi de garantie aux  banques. Sauf que l'hebdomadaire avait assuré n'avoir trouvé aucune  trace de  dividendes ou de salaires dans les comptes de la société, mais  des  bénéfices plafonnant à «92.532 euros en 2010 et 11.880 en 2010».  D'autres sources avaient évoqué auprès de l'hebdomadaire des gains de  jeu.