Un sympathisant de Breivik arrêté en France car il était «susceptible de préparer un acte terroriste»

Vincent Vantighem

— 

Localisation de la Corrèze, France.
Localisation de la Corrèze, France. — Capture d'écran Google Map

Cela fait déjà plusieurs années qu’il était sous surveillance. Mais c’est l’achat récent de quatre «armes de poing» par sa compagne qui a incité les enquêteurs de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) à interpeller, ce mardi matin, Kristian Vikernes.

Agé de 40 ans, ce Norvégien proche de la «mouvance néo-nazie» était «susceptible de préparer un acte terroriste d’envergure», a expliqué Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, dans un communiqué.

Cinq armes longues retrouvées chez lui

Condamné à vingt-et-un ans de prison en Norvège pour le meurtre d’un guitariste, celui qui se fait appeler Varg («le loup») était arrivé en France en 2009. Il a rencontré Marie Cachet, qui allait devenir sa femme, alors que celle-ci passait le baccalauréat. Arrêtée en sa compagnie ce mardi matin, la jeune femme de 25 ans attend un quatrième enfant de lui.

Diffusant des propos clairement antisémites sur Internet, Kristian Vikernes se préparait à «commettre un massacre», selon une source policière. Lors de la perquisition ce mardi, les policiers ont découvert, dans leur maison de Salon-la-Tour (Corrèze), cinq armes longues, dont quatre carabines 22 long rifle.

Destinataire du «Manifeste»

Destinataire du «Manifeste» d’Anders Breivik, Kristian Vikernes est décrit selon les premiers éléments de l’enquête comme un sympathisant de la droite la plus dangereuse, qui était «susceptible de préparer des actions violentes» et à ce titre «jugé dangereux». Régulièrement vêtu d’un treillis, il avait l’habitude également de circuler dans des véhicules de type 4X4 repeints en couleur camouflage.

Interpellé ce matin, il pourrait passer avec son épouse 96 heures en garde à vue comme la loi sur la préparation d’actes terroristes le prévoit.