Camping: «Avant, les jeunes venaient pour draguer. Aujourd’hui, c’est pour tout casser…»

Vincent Vantighem

— 

Un couple de personnes âgées au camping du chêne, à Saint Julien de Concelles.
Un couple de personnes âgées au camping du chêne, à Saint Julien de Concelles. — F. ELSNER / 20 MINUTES

Cela fait treize ans qu’il gère tranquillement sur son petit camping de 300 emplacements. Installé sur les bords de Saône à Montmerle (Ain), Jean-Yves Thurel a décidé de pousser «un coup de gueule» après une série d’actes d’incivilités. Il explique à 20 Minutes comment la situation a évolué au fil du temps.

Pourquoi avez-vous décidé de vous exprimer dans la presse?

Cela fait treize ans que je gère le camping Les Mûriers mais aujourd’hui ce n’est plus possible. Les actes d’incivilités se sont multipliés ces dernières semaines. Et il faut que ça cesse.

De quels actes parlez-vous exactement?

Des agressions. Nous avons une bande de jeunes qui terrorisent les vacanciers. Deux agressions physiques ont déjà eu lieu depuis le début de l’été. La dernière en date concerne une vacancière qui s’est fait frapper. Elle a eu une fracture de la pommette. Elle va peut-être devoir être opérée car son œil est touché. C’est dramatique…

>> Tueur en série, ours blanc et alcool violent: Ne soyez pas trop tenté par le camping...

Pourquoi a-t-elle été agressée?

Gratuitement, c’est ça le pire! Elle raccompagnait son neveu sur le parking du camping et des jeunes lui sont tombés dessus comme ça. Ils sont camés et bourrés et sèment la terreur. D’autant que ma clientèle est familiale et pas très fortunée. Ils recherchent le calme et voilà sur quoi ils tombent.

Votre camping n’est pas fermé?

Si, je suis un ancien gendarme et je pèse 107 kilos. Quand je surveille l’entrée, les jeunes ne tentent pas de rentrer. Mais la nuit quand je dors, ils viennent et foutent le bordel. Ils ont cassé tous les sanitaires par exemple. Il y a dix ans, aussi, des jeunes faisaient le mur pour entrer dans le camping. Mais ils venaient pour draguer les filles. C’était gentil. Cette fois, c’est pour casser qu’ils viennent…