10% des radars fixes ne fonctionnent pas

Delphine Bancaud

— 

Un radar vandalisé et hors d'usage à Paris.
Un radar vandalisé et hors d'usage à Paris. — DURAND FLORENCE/SIPA

En ce deuxième week-end de départs en vacances, les automobilistes devraient croiser sur leurs routes quelques radars… inoffensifs. Comme l’a rappelé Manuel Valls ce jeudi, 400 radars sur les 4100 en service sont indisponibles. Soit 10 % du parc. Un chiffre moins élevé que celui avancé par Le Canard enchainé au début du mois, qui évoquait 20% de radars en rade. «Mais le journal avait additionné les dysfonctionnements de radars fixes et de radars pédagogiques. Or, ces derniers fonctionnent à l’énergie solaire, ce qui explique des pannes cycliques», nuance  Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d’automobilistes.

Selon le ministre de l’Intérieur, les dysfonctionnements des radars sont dus à «des raisons de maintenance ou de vandalisme». Car depuis le mois de mars, un nouveau prestataire assure la maintenance de ces machines. «La prise en main de ce marché est complexe sur le plan technique et nécessite une période d'adaptation de quelques mois qui provoque immanquablement des conséquences sur la disponibilité des appareils», a  indiqué le ministre. Du coup, le délai de réparation des machines est plus longs, «de l'ordre de dix jours aujourd'hui contre trois auparavant», a précisé Manuel Valls.

Par ailleurs, les actes de vandalisme sur les radars n’ont pas cessé, bien au contraire. Selon le Canard enchainé, 80% des radars en seraient victimes au moins une fois durant leur existence. Certaines machines  sont ainsi  cassées, d’autres peintes ou incendiées. «Ces actes sont commis par des gens qui n’en peuvent plus, car ils ont perdu leur permis et souvent leur travail avec», croit savoir Pierre Chasseray qui, s’il comprend l’exaspération certains conducteurs, condamne ces gestes violents.