Cahiers de vacances: «Ils ont pourri mon enfance»

Cédric Garrofé

— 

Ventes en hausse pour les cahiers de vacances.
Ventes en hausse pour les cahiers de vacances. — F. ELSNER / 20 MINUTES

Près de 4 millions de cahiers de vacances devraient être vendus cet été en France. Un marché juteux exploité par des éditeurs toujours prompts à trouver de nouveaux développements pour leurs activités.  

Selon une étude GFK, révélée par RTL, le chiffre d'affaires de ce business typiquement français atteindrait les 25 millions d'euros en 2012. Le prix moyen d'un cahier est de 6 euros.
 
Alors, faire travailler les enfants pendant les vacances, une bonne idée? Les internautes réagissent…  

Ne pas perdre les acquis
 
Les enfants de Marion ont déjà le leur. Tous les étés, «un peu chaque jour», ses enfants révisent sur leurs cahiers de vacances. «C’est utile pour ne pas qu’ils perdent leurs acquis mais aussi parce qu'ils adorent ça». 
 
Pierre-Antoine juge que ces travaux ne peuvent pas «faire de mal». Pour autant, il reconnaît que ses enfants n’apprécient pas vraiment de se soumettre à l’exercice mais, selon lui, il faut continuer à faire «tourner la machine».
 
Einal est elle aussi favorable aux devoirs de vacances pour les enfants. Plus jeune, cet internaute adorait remplir ses carnets. «Je ne sais pas si ça m’aidait vraiment, mais cela me permettait de ne pas couper avec l’école». Une façon comme une autre de garder le rythme. 

Laissons les enfants se reposer
 
«A quoi bon réviser? Les professeurs font toujours des rappels à la rentrée» précise Lucille, qui ne voit aucune utilité à proposer des exercices à des enfants pendant leurs vacances.
 
Thimotée a une position encore plus tranchée. Selon lui, ces cahiers ne font que gâcher les vacances des enfants. «Ces jeunes ont besoin de se reposer. Ils ont des cours et des devoirs toute l’année. Pourquoi faudrait-il en rajouter?».
 
Un internaute se souvient avec amertume de ses étés de jeunesse. «Mes parents me demandaient de travailler régulièrement toute l'année en me promettant des vacances tranquilles. L’été, leur discours changeait. Ils me demandaient de travailler sur ces cahiers. Mes vacances étaient pourtant ma source de motivation principale toute l’année scolaire. J’ai vécu cela comme une trahison».
 
Un avis partagé par Emmanuel qui juge laconiquement que les cahiers de vacances ont «pourri» son enfance.
 
Lorsqu’elle était petite, Fly To Rainbow, faisait elle aussi ses travaux de vacances. Et il y a peu de chance que ses enfants aient à subir le même sort tant l’exercice fût pour elle une véritable souffrance. «Je voyais mes amis s’amuser alors que moi, je planchais sur du français, des maths et d’autres matières. J’ai vécu cela comme une véritable humiliation».
 
Parents, achetez-vous des cahiers des vacances à vos enfants? Pourquoi? Enfants, vos parents vous font-ils réviser cet été? Qu'en pensez-vous? Le débat continue dans les commentaires ci-dessous...