La bière se vend 14% plus cher, les brasseurs lancent un «cri d’alarme»

William Molinié

— 

Illustration alcool, bière.
Illustration alcool, bière. — KROD/WPA/SIPA

La première gorgée des vacances risque de laisser un goût amer… Avec la hausse de 160% des taxes sur la bière en janvier 2013, Les Brasseurs de France lancent un «cri d’alarme». Ils observent une baisse de 16,5% de la production sur les six premiers mois de l’année. «Les prix des bières vendues en grande distribution ont augmenté de 14%. Et le volume de bière vendu a baissé dans le même temps d’environ 20%», regrette après de 20 Minutes, Philippe Vasseur, président des Brasseurs de France, représentant 130 des 530 brasseurs français.

>> Retrouvez ici la réaction des consommateurs...

L’augmentation des taxes était censée renflouer une partie des caisses de la Sécurité sociale et rapporter 810 millions d’euros par an à l’Etat. «Si on continue comme cela, ça ne rapportera que 650 millions d’euros», assure Philippe Vasseur, pointant du doigt une «mesure paradoxale», «injuste» et aux «effets ravageurs» qui «n’impacte pas tous les produits alcoolisés».

Les tchèques consomment 160L de mousses par an

Le nombre de brasseurs a considérablement augmenté l’année dernière avec la création d’environ 80 entreprises. «Il y avait un renouveau, un attrait pour ce produit réalisé à partir de denrées agricoles. Les risques [de fermeture] encourus par beaucoup de brasseurs sont réels», ajoute-t-il.

Autre raison de cette baisse des ventes, les conditions météorologiques. «Pour être honnête, le climat, quand il n’est pas bon, fait chuter la production de 2 à 3%. C’est le cas cette année», poursuit-il.

Les français consomment par an environ 30L de bière par personne. Un chiffre jugé «faible» par rapport à d’autres pays comme la Belgique, l’Allemagne, la Grande-Bretagne ou encore les champions d’Europe, les Tchèques, qui ingurgitent 160L de cette boisson alcoolisée chaque année.