Les actes islamophobes ont augmenté de 57% en France en 2012, selon le CCIF

SOCIETE Selon ce collectif, les femmes sont les principales victimes...

avec AFP

— 

Pour le chercheur, la religion ne doit pas être un sujet tabou en entreprise
Pour le chercheur, la religion ne doit pas être un sujet tabou en entreprise — Philippe Merle afp.com

Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a annoncé mercredi avoir recensé 469 actes islamophobes en 2012, soit une augmentation de 57% par rapport à 2011, ce qui représente «une explosion des actes islamophobes», selon son porte-parole.

Le CCIF définit un «acte islamophobe» comme «toute forme de discrimination ou de violence perpétrée contre une institution ou un individu en fonction de son appartenance réelle ou supposée à la communauté musulmane».

Menaces avec armes en hausse

En France, l'association a dénombré 188 actes en 2010, 298 en 2011 et 469 en 2012. 418 de ces actes visaient un individu en 2012. «Aujourd'hui l'islamophobie fait au moins une victime par jour», conclut le collectif dans une synthèse de son rapport annuel.

Le CCIF note que «la gravité des actes augmente» avec par exemple des «menaces avec armes à feu» et que les femmes sont les principales victimes des actes islamophobes puisqu'elles représentent «84% des cas visant des individus».

Par ailleurs, le collectif pointe la responsabilité des fonctionnaires «mis en cause dans 41% des actes» et note une «corrélation» entre la «résurgence d'actes islamophobes et la couverture médiatique» d'évènements liés à l'islam notamment, en 2012, lorsque l'affaire Merah et celle du «pain au chocolat» de Jean-François Copé ont éclaté.

«Passage à l’acte inquiétant» 

En 2012, une «quarantaine de mosquées» ont été visées par des occupations, des profanations ou le dépôt d'une tête de porc et, fait récent, des commerces musulmans comme des «boucheries halal» ont été «visés comme des symboles religieux».

«Il y a une tendance lourde d'explosion des actes islamophobes et dans le même temps il se trouve que les gens vont de plus en plus déclarer» ces actes, a déclaré mercredi, lors d'un point de presse, le porte-parole du collectif Marwan Muhammad.

«Ce qui est le plus inquiétant c'est le passage à l'acte», note pour sa part Samy Debah, président du CCIF, avant de donner plusieurs exemples récents d'agressions physiques de personnes musulmanes ou supposées telles.

Femmes les plus visées

Le CCIF a été créé il y a dix ans dans le but de faire reculer l'islamophobie et le racisme. Il va lancer dans quelques semaines une application pour smartphone et tablettes pour faciliter le signalement d'un acte islamophobe et mieux y répondre.

De son côté, l'Observatoire contre l'islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM) avait enregistré 201 actes anti-musulmans (53 actions et 148 menaces) en 2012 (155 en 2011), soit une hausse de 28%.