Nucléaire: Fessenheim à l'arrêt, panne «sans conséquence»

© 2013 AFP

— 

The Fessenheim nuclear power plant is pictured during a press visit on April 9, 2013, in Fessenheim, eastern France. AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON
The Fessenheim nuclear power plant is pictured during a press visit on April 9, 2013, in Fessenheim, eastern France. AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON — Sebastien Bozon AFP

Une panne d'une pompe du circuit primaire de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) a déclenché mardi l'arrêt automatique de son réacteur n°2, mais l'incident est «sans conséquence pour l'environnement ou la sécurité», a indiqué EDF.

Les deux réacteurs de la centrale se retrouvent donc momentanément à l'arrêt, la production du réacteur n°1 étant elle-même suspendue depuis avril pour rechargement du combustible et maintenance.

«Aujourd'hui aux alentours de 9H00, une pompe du circuit primaire s'est arrêtée, ce qui a entraîné l'arrêt automatique du réacteur n°2 de la centrale», a expliqué à l'AFP une porte-parole d'EDF à Fessenheim. «Les équipes sont mobilisées pour faire un diagnostic», a-t-elle ajouté.

«Les manoeuvres d'exploitation liées à la gestion de cet événement peuvent occasionner des panaches de vapeur non radioactives qui pourront être visibles au-dessus de la centrale», a précisé le groupe dans un communiqué, ajoutant que l'événement n'avait «aucune conséquence sur l'environnement ni sur la sécurité».

EDF a précisé que l'arrêt du réacteur allait entraîner le dégagement «de panaches de vapeur d'eau», mais «sans conséquence pour l'environnement ou la sécurité».

Les équipes de la centrale nucléaire ont mené fin juin les opérations de rechargement du combustible de l'unité de production n°1. Cette unité «engage son programme d'essais avant les phases de redémarrage», a précisé mardi le groupe.

Composée de deux réacteurs de 900 MW chacun, la centrale de Fessenheim est la plus ancienne en activité en France (depuis 1978) et la cible de nombreuses associations écologistes qui réclament sa fermeture, invoquant des raisons de sécurité.

Le président François Hollande a promis sa fermeture en 2016, mais le respect de ce calendrier est entouré de nombreuses incertitudes.