La FCPE prône une réduction des vacances scolaires

Delphine Bancaud

— 

Illustration: Des élèves en classe de primaire.
Illustration: Des élèves en classe de primaire. — FRED SCHEIBER/20 MINUTES

Il est passé par ici, il repassera par là. Revoilà le débat sur la réduction des vacances d’été. Le  président de la FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques), Paul Raoult, a redemandé ce jeudi au ministre de l’Education, d’allonger l’année scolaire afin de «mieux étaler les heures de classe». Pour cela, la FCPE suggère de raccourcir les vacances d’été d’une à deux semaines

Car pour la principale fédération de parents, la réforme des rythmes scolaires ne va pas assez loin.  «Pour que l’enfant puisse apprendre dans de bonnes conditions, nous préconisons au maximum 5 heures de classe en primaire et 6 heures en collège sans devoirs à la maison, une alternance de 7 semaines de cours et de deux semaines de vacances et donc des vacances d’été raccourcies», insiste Paul Raoult, président de la FCPE, qui se prononce également pour le zonage des congés d’été.

La FCPE propose aussi de distinguer le calendrier scolaire des élèves du primaire et du collège de celui des élèves du lycée. Pour les premiers, la FCPE suggère en compensation du rallongement de l’année scolaire, la création d’une nouvelle période de vacances en mai.

Une réforme difficile à faire passer

Des suggestions que la FCPE aura dû mal à faire accepter à Vincent Peillon, bien qu’il se soit prononcé à plusieurs reprises pour une réduction des vacances scolaires d'été de six semaines au lieu de deux mois, réparties en deux zones. Car pour le ministre, la France est l’un des rares pays européens à afficher une année scolaire sur 36 semaines seulement, la moyenne tournant généralement autour de 40.  Mais le premier pan de la réforme des rythmes scolaires ayant déjà suscité beaucoup d’opposition, le ministre rechigne, pour l’heure, à bouleverser à nouveau le calendrier scolaire, de peur de rencontrer de nouvelles résistances. De plus, des vacances d’été réduites impliqueraient une réorganisation du bac, une institution difficile à bouger.

Le 10 juillet, le Conseil supérieur de l’Education (organe consultatif) devrait justement être l’occasion de rediscuter du calendrier scolaire pour les prochaines rentrées. Mais difficile qu’une telle réforme soit envisagée avant 2017...