Pour Charles de Courson (UDI), Cahuzac a «menti»

ENQUETE L'ancien ministre du Budget a été auditionné, ce mercredi, par la Commission d'enquête parlementaire...

avec AFP

— 

Charles de Courson (UDI) après l'audition de Jérôme Cahuzac par la mission d'enquête parlementaire, le 26 juin 2013.
Charles de Courson (UDI) après l'audition de Jérôme Cahuzac par la mission d'enquête parlementaire, le 26 juin 2013. — JOEL SAGET / AFP

Le président de la commission d'enquête parlementaire sur d'«éventuels dysfonctionnements de l'Etat» dans l'affaire Cahuzac, Charles de Courson (UDI), a estimé que Jérôme Cahuzac avait «refusé» de répondre et avait même «menti» sur un des points lors de son audition mercredi. «Il a refusé de répondre aux questions extrêmement importantes qu'on lui posait, à quelle date il a transféré son compte de l'UBS à Reyl et à Singapour», a-t-il dit. Refuser de répondre est «ce que lui a conseillé son avocat», a-t-il ajouté.

«Egal à lui-même du point de vue psychologique»

Pour Alain Claeys, rapporteur PS de la commission d'enquête, en revanche, Jérôme Cahuzac «ne pouvait pas nous répondre sur des faits personnels qui concernent totalement la procédure judiciaire». Il a « prêté serment» pour «dire la vérité concernant le périmètre de la commission d'enquête», a-t-il précisé.

Sauf que, sur le «mécanisme de son compte, ça n'a rien à voir avec l'enquête judiciaire en cours». «Du point de vue psychologique, il a été égal à lui-même», a-t-il dit.

Il a souligné que sur un point il avait menti, sur ses relations avec Stéphane Fouks. «Là-dessus, il nous a menti puisque certains journalistes se sont fait appeler par lui-même. Donc dire que M. Fouks n'a joué aucun rôle est faux», a lancé M. de Courson à quelques journalistes.

L'audition d'Ayrault dans les tuyaux

Il s'est aussi montré incrédule sur le fait que l'ancien ministre ait parlé une seule fois de sa situation au Premier ministre et au président: «Si ce qu'il dit est vrai, c'est quand même un peu bizarre qu'on reste pendant trois mois dans une situation et personne ne se parle?», a interrogé M. de Courson. M. de Courson a annoncé que la commission entendrait la semaine prochaine l'ex-banquier de Reyl Pierre Condamin-Gerbier, témoin dans l'affaire Cahuzac. Il est aussi envisagé d'auditionner le Premier ministre mais «cela n'est pas encore tranché», a-t-il dit, de même pour l'ancien ministre du Budget Eric Woerth.

Il a par ailleurs annoncé qu'il avait demandé à la présidence de l'Assemblée de donner copie de billets de train pris auprès des services par Jérôme Cahuzac pour aller en Suisse. «M. Cahuzac fait mine d'oublier à quelle date il y est allé, une fois peut-être deux», a-t-il dit. «J'espère bien que le président de l'Assemblée va enfin nous la donner, puisque pour l'instant il diffère la réponse, nous l'avons saisi par écrit, nous attendons la copie du billet qu'il a pris à l'Assemblée nationale», a-t-il dit.