Ile-de-France: Plus de la moitié des multirécidivistes sont mineurs

SOCIETE C'est ce que révèle une étude de l'Observatoire national de la délinquance...

avec AFP

— 

AFPTV

 Un peu plus de la moitié des délinquants multirécidivistes étaient mineurs au moment de leur première infraction en région parisienne entre 2009 et 2010, selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance (ONDRP) et des réponses pénales publiée mercredi. Cette étude, qui s'intéresse aux profils de ces délinquants à répétition -pour des délits non routiers-, s'appuie sur l'analyse des cas de 1.508 personnes mises en cause pour cinq infractions ou plus commises en région parisienne en 2009 et 2010, précise l'ONDRP.

L'étude, révélée par Le Figaro, met en avant que près de 53% des mis en cause étaient mineurs au moment de leur première infraction et qu'un tiers (32%) avait «au plus 15 ans». En moyenne, selon des données fournies par la préfecture de police de Paris (PP) et concernant Paris, le Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis, ces multirécidivistes ont commis 7,8 infractions en deux ans, selon les auteurs de l'étude. Une personne sur cinq a été épinglée pour «au moins dix affaires principales», précisent-ils.

Vers une nouvelle peine de probation

Ces multirécidivistes ont principalement été pris pour des faits d'«atteintes aux biens» (63,3%), dont les vols simples (20%), les vols de véhicules à moteur (14,4%), les vols violents sans armes (11,3%) et  des cambriolages (10%). Un projet de loi réformant la politique pénale et axée sur la lutte contre la récidive devrait être présenté en juillet au Conseil des ministres par la garde des Sceaux Christiane Taubira. «Lutter contre la récidive, c'est éviter que des personnes fassent encore des victimes, c'est ça la finalité première» de ce texte, avait-elle indiqué le 10 avril.

Le gouvernement travaille notamment à la création d'une nouvelle peine de probation, une «proposition phare» parmi les préconisations issues de la récente conférence de consensus sur la récidive et remises au gouvernement le 20 février. Selon une étude parue en novembre 2012 dans le bulletin d'information statistique, produit par la Chancellerie, deux mineurs sur trois (65%) ayant eu affaire une fois à la justice pour des actes de délinquance ne commettent pas de nouvelle infraction durant leur minorité. Cette étude portait sur un panel des mineurs suivis en justice entre 1999 et 2010 comprenant 117.000 jeunes et 304.000 affaires.