Journaliste disparu en Polynésie: 2 mises en examen pour meurtre

© 2013 AFP

— 

L’ancien chef de l’ex Groupement d’Intervention de la Polynésie (GIP) a été mis en examen, lundi à Papeete (mardi à Paris), pour enlèvement, et séquestration en bande organisée dans le dossier JPK, du nom du journaliste Jean-Pascal Couraud, disparu dans des conditions inexpliquées en décembre 1997, a-t-on appris de source judiciaire.
L’ancien chef de l’ex Groupement d’Intervention de la Polynésie (GIP) a été mis en examen, lundi à Papeete (mardi à Paris), pour enlèvement, et séquestration en bande organisée dans le dossier JPK, du nom du journaliste Jean-Pascal Couraud, disparu dans des conditions inexpliquées en décembre 1997, a-t-on appris de source judiciaire. — Famille Couraud

Deux ex-agents du Groupement d'Intervention de la Polynésie Française (GIP) aujourd'hui dissous, ont été mis en examen mardi à Papeete, pour enlèvement, séquestration et meurtre dans l’affaire JPK, la disparition mystérieuse du journaliste Jean-Pascal Couraud en décembre 1997, a appris un journaliste de l’AFP de source proche du dossier.

Tutu Manate et Tino Mara faisaient partie des «gros bras» de ce service créé par Gaston Flosse alors qu’il était président de cette collectivité française du Pacifique. Ils sont les premiers à être mis en cause dans ce dossier.