Mort de Clément Méric: Le groupuscule Troisième voie et les JNR annoncent leur dissolution

EXTREME DROITE Ces deux groupes devaient être dissous après le décès du jeune militant de gauche...

avec AFP

— 

Des membres des Jeunesses nationalistes révolutionnaires, le 8 mai 2011 à Paris. 
Des membres des Jeunesses nationalistes révolutionnaires, le 8 mai 2011 à Paris.  — J. DEMARTHON/AFP PHOTO

Les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) et le groupuscule d’extrême droite Troisième voie ont annoncé ce mardi leur dissolution. Après le décès du jeune militant anti-fasciste Clément Méric, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait lancé à la mi-juin des procédures de dissolution de ces groupes radicaux d'extrême droite.

Cette annonce arrive en pleine polémique sur les circonstances du drame après la diffusion d’une vidéo par RTL montrant les images captées par une caméra de surveillance de la RATP de la station Havre-Caumartin où a lieu le drame le 5 juin dernier.

Procédure de dissolution pour deux autres groupuscules

Ce mardi soir, le ministère de l'Intérieur a précisé dans un communiqué que cette dissolution «intervient en réaction à la notification par le ministre de l’Intérieur de l’intention du Gouvernement de dissoudre ces deux entités.»

Pour Manuel Valls, cette dissolution est «une manœuvre, dont le seul objet est de contourner la procédure de dissolution administrative en cours, est vaine. Elle ne saurait en effet ni dissimuler, ni mettre un terme à la réalité de l’activité de ces deux entités, l’une et l’autre dédiées à la propagation de l’idéologie d’extrême droite, appelant à la haine et à la discrimination et soutenant la violence».

Le ministre de l'Intérieur ajoute que «la procédure de dissolution d’une des plus anciennes formations d’extrême-droite, "l’Œuvre française", ainsi que celle des "Jeunesses nationalistes", toutes deux prônant une idéologie ouvertement xénophobe et violente» est «entamée».