Montigny-lès-Metz: La Cour de cassation valide le renvoi de Francis Heaulme aux assises

JUSTICE Le tueur en série conteste avoir tué deux enfants en 1986...

avec AFP

— 

Francis Heaulme lors d'une opération de transport de justice le 3 octobre 2006 à Montigny-les-Metz (Moselle).
Francis Heaulme lors d'une opération de transport de justice le 3 octobre 2006 à Montigny-les-Metz (Moselle). — HARTMANN CHRISTIAN/SIPA

La Cour de cassation a validé ce mardi le renvoi aux assises du tueur en série Francis Heaulme pour le meurtre de deux enfants de huit ans en 1986 à Montigny-lès-Metz (Moselle).

Conformément à l'avis de l'avocat général, la Cour a rejeté le pourvoi du «routard du crime», qui conteste avoir tué les enfants de 8 ans Cyril Beining et Alexandre Beckrich, retrouvés le crâne fracassé à coups de pierre le 28 septembre 1986 à proximité d'une voie ferrée dans la périphérie de Metz.

Patrick Dils, désigné comme coupable de cette affaire, avait été condamné à la prison à perpétuité. Il a été totalement blanchi de cette affaire lors d’un procès en 2002. 

Affaire relancée par le témoignage d'un adjudant-chef de gendarmerie

En 1997, l'affaire a été relancée quand l’adjudant-chef de gendarmerie Jean-François Abgrall a transmis un document à la justice dans lequel il assure avoir «confessé» Francis Heaulme du double-meurtre de Montigny-lès-Metz. Le gendarme prétend ainsi que Heaulme lui a assuré avoir été sur les lieux du drame au moment du crime, et avoir même vu les corps des deux enfants. 

>> Tout comprendre de cette affaire en questions-réponses

Il y a certains éléments troublants sur l’implication éventuelle de Francis Heaulme dans l’affaire de Montigny. Il travaillait à 400 mètres de la voie ferrée où les corps ont été retrouvés. Il a reconnu «s’être promené» dans ce secteur et avoir reçu des pierres jetées par des enfants. Il est même parvenu à dessiner avec précision le plan des lieux. Enfin, deux pêcheurs l’ont aperçu ce jour-là le visage couvert de sang.