Violences à Amiens-Nord: Dix-huit personnes en garde à vue

VIOLENCES Des policiers avaient essuyé des tirs en août 2012...

avec AFP

— 

Un cordon de gendarme mobile protége le ministre de l'intérieur Manuel Valls qui est pris a parti par des habitants du quartier Nord d'Amiens à l'occassion de son déplacement le 14 Aout 2012 dans un quartier sensible d'Amiens aprés une nuit d'émeute ou plusieurs policiers ont été blésses.
Un cordon de gendarme mobile protége le ministre de l'intérieur Manuel Valls qui est pris a parti par des habitants du quartier Nord d'Amiens à l'occassion de son déplacement le 14 Aout 2012 dans un quartier sensible d'Amiens aprés une nuit d'émeute ou plusieurs policiers ont été blésses. — AFP PHOTO PHILIPPE HUGUEN

 Dix-huit personnes ont été placées en garde à vue mardi dans le cadre de l'enquête sur les tirs contre des policiers lors des violences urbaines à Amiens-Nord en août 2012, parmi lesquelles 11 ont été arrêtées à l'aube mardi, a annoncé la préfecture de la Somme.

Parmi les gardés à vue, sept «étaient déjà incarcérés dans le cadre de l'enquête sur les violences urbaines de l'été 2012», a indiqué la préfecture dans un communiqué. Les arrestations ont eu lieu en majorité dans le quartier d'Amiens-Nord, classé en Zone de sécurité prioritaire (ZSP), a précisé la préfecture.

Agés de 16 à 51 ans

Les interpellations ont été réalisées dans le cadre d'une commission rogatoire diligentée par la juge d'instruction en charge de l'enquête. Les onze personnes interpellées l'ont été à leur domicile, a indiqué une source proche de l'enquête.

«Ca s'est passé sans difficulté», selon cette source, qui a précisé qu'il n'y avait pas eu de manifestation d'hostilité envers les policiers, de la part des habitants du quartier.

Plusieurs vagues d'arrestations

Le concours du Raid a été sollicité à deux endroits, concernant des personnes chez lesquelles la police pensait qu'il pouvait y avoir des armes, mais globalement, il s'est agi d'une opération «beaucoup moins spectaculaire que la toute première», en mars.

Un certain nombre des personnes arrêtées mardi avaient déjà été entendues, sans être inquiétées jusqu'à présent. Parmi ces personnes interpellées, figurent des gens connus de la police, selon la source proche de l'enquête.

Zone de sécurité prioritaire

Il s'agit majoritairement de jeunes, même si la fourchette des âges va de 16 à 51 ans. Plusieurs vagues d'arrestations ont eu lieu ces derniers mois, notamment en mars et en mai, avec une douzaine d'interpellations chaque fois.

Dans la nuit du 13 au 14 août, une centaine de jeunes du quartier populaire d'Amiens-Nord avaient violemment affronté les forces de l'ordre, blessant 17 policiers et mettant à sac plusieurs bâtiments publics, dont une école maternelle et un gymnase.

Des échauffourées avaient également eu lieu la nuit précédente. La ZSP d'Amiens a été inaugurée le 29 septembre.