Un homme tué par balles près de Marseille

FAITS DIVERS Il s'agit du 3e homicide en cinq jours dans la région de Marseille depuis le début de l'année...

avec AFP

— 

La commune de La Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône.
La commune de La Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône. — Capture d'écran/ Google Map

Un homme de 22 ans a été tué par balles lundi soir vers 20h dans une cité de La Ciotat, près de Marseille, a-t-on appris ce mardi de source proche de l'enquête. Ce nouvel homicide constitue le troisième par arme à feu en cinq jours dans Marseille et sa région depuis le début de l'année. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime, Khaled Talbi, a été atteinte à une dizaine de reprises au thorax et au ventre par un revolver de calibre 22 long rifle sur une aire de jeu du quartier Saint-Loup-Fardeloup.

La victime était connue des services de police pour vol et un défaut de permis de conduire, mais son casier ne comportait aucune affaire de stupéfiants, a précisé une source policière, écartant le mode opératoire d'un règlement de comptes qui présuppose notamment une préméditation.

Un chargeur vidé

Selon les premiers éléments de l'enquête, le jeune homme se serait rendu à un rendez-vous sur cette aire et le tueur lui aurait alors vidé le chargeur de son arme alors qu'il se trouvait avec deux proches. Mais aucune douille n'a été retrouvée à proximité. Ce sont les proches de la victime qui l'ont d'abord transportée à l'hôpital de La Ciotat avant de s'expliquer devant les enquêteurs.

Selon les premiers éléments de l'enquête, une discussion houleuse s'est déroulée entre le tueur et les trois hommes, pour un motif encore inconnu. L'homme, que les témoins connaissent et qui ont donné l'alerte, a ensuite pris la fuite en voiture. Les sapeurs-pompiers sont intervenus mais n'ont pas pu réanimer la victime.

Quatrième mort en trois semaines

«On a une bonne piste, on n'est pas sur un différend délictueux antérieur, ce n'est pas une affaire de stupéfiants. On n'est pas dans le cas de figure d'un règlement de comptes», a renchéri une source judiciaire.

Les investigations ont été confiées par le parquet de Marseille à la brigade criminelle de la PJ, en charge de nombreux dossiers de ce type dans la région marseillaise. Selon le parquet, 16 meurtres ont été commis dans le ressort du tribunal de grande instance de Marseille depuis le début de l'année, dont 10 «règlements de comptes». En 2012 à pareille époque, dix-neuf homicides avaient déjà été perpétrés, et 21 en 2011.