Francis Dorffer condamné à treize ans de réclusion pour deux prises d'otage en prison

avec AFP

— 

La cour d'assises de Paris a condamné jeudi à treize ans de réclusion un détenu de 29 ans, Francis Dorrfer, pour deux des quatre prises d'otage qu'il a menées en prison dans le but d'obtenir un rapprochement familial. Une peine de vingt ans de réclusion avait été requise, l'accusé en encourait trente.

Sans se prononcer sur un éventuel appel, l'un de ses avocats, Thomas Hellenbrand, a jugé la condamnation extrêmement sévère «vu les faits»: deux prises d'otage à cinq mois d'intervalle, d'un surveillant puis d'un détenu, dans les prisons où Francis Dorffer était détenu en 2009 et 2010, à Clairvaux (Aube) puis à la Santé (Paris).

Incarcéré depuis l'âge de 16 ans

Dorffer en avait commis une première à la prison de Nancy en 2006 et a récidivé en 2011 à la maison centrale de Poissy (Yvelines). Toutes se sont terminées sans blessé, par une reddition du détenu au bout de quelques heures.

Les quatre jours de procès se sont concentrés sur les mobiles des séquestrations organisées par Francis Dorffer et la personnalité de ce jeune homme brun originaire de Moselle, incarcéré depuis l'âge de 16 ans après une enfance chaotique, marqué par des placements en foyer.

Une femme rencontrée au parloir puis un fils sont devenus «sa raison de vivre», a reconnu l'avocate générale Maryvonne Caillibotte.

Il change 30 fois de prison en 13 ans

C'est pour obtenir son transfèrement dans une prison située près de leur domicile, dans l'est de la France, qu'il a fait usage de la force contre l'administration pénitentiaire, a répété à la cour cet homme qui a été changé de prison une trentaine de fois en treize ans.

L'évocation de ce parcours pénitentiaire a été l'occasion pour la cour d'assises d'entendre de nombreux acteurs du monde carcéral parler de la prison, du sort complexe des longues peines et des «détenus particulièrement signalés» (DPS).