Assignation en vue de l'expulsion de Frigide Barjot de son HLM: «J'y vois une répression politique grave»

LOGEMENT Les époux Tellenne doivent régulariser leur situation...

C. B.

— 

Lyon, le 5 mai 2013. Manifestation contre le mariage pour tous, ici Frigide Barjot.
Lyon, le 5 mai 2013. Manifestation contre le mariage pour tous, ici Frigide Barjot. — CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES

Frigide Barjot va-t-elle perdre son HLM? D’après L’Express, Bertrand Delanoë se pencherait «sur la mise en conformité du bail» de cet immeuble du XVe arrondissement que l’égérie de la Manif pour tous et son mari occupent depuis une vingtaine d’années. Car les époux Tellenne, plus connus sous les noms de Frigide Barjot et Basile de Koch, contreviennent pour l’heure à deux règles.

L'assignation était prête depuis un moment

Primo, «ils ont domicilié leur société, Jalons, à leur adresse personnelle, alors que le bail interdit toute activité commerciale sur ces lieux d'habitation; d'autre part, via Jalons, le couple se paie à lui-même un loyer, autrement dit, il se sous-loue une partie de l'appartement, ce qui est aussi formellement interdit», détaille L’Express. L'assignation de la RIVP était prête à être envoyée depuis un moment mais le maire de Paris a souhaité attendre la fin des manifestations contre le mariage pour tous, selon le magazine.

En repoussant l'envoi de la demande de mise en conformité, le maire PS a ainsi évité d'être taxé de tentative de déstabilisation politique en plein débat sur le mariage pour tous.

«Très étonnant»

«Une assignation a été délivrée à (l')encontre (des époux Tellenne) pour obtenir la résiliation des baux des logements occupés, suite à l'utilisation continue des lieux à usage commercial par la société “Jalons” ainsi que la sous-location. Ces deux motifs constituent des manquements graves aux obligations des baux d'habitation consentis à M. et Mme Tellenne», affirme le bailleur social.

«Je vous confirme, c'est une assignation en vue d'une expulsion», a déclaré à l'AFP Frigide Barjot, qui ne s'attendait «pas du tout» à ce courrier. «Je trouve ça très étonnant, avec la concomitance de l'incarcération ferme d'un jeune militant (de la Manif pour tous, dont elle était la porte-parole). J'y vois une répression politique grave», a-t-elle poursuivi.

L'affaire est «entre les mains d'un avocat, car c'est très important», a -t-elle précisé, ne souhaitant pas s'exprimer sur les suites qu'elle entend donner à cette assignation.