La France consomme encore trop d’antibiotiques

Vincent Vanthighem
— 
Un assortiment de médicaments
Un assortiment de médicaments — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Certes, ce n’est plus «automatique»! Mais les antibiotiques sont encore trop prescrits et consommés en France, selon un rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) mis en ligne lundi soir sur son site. Principal enseignement: l’Hexagone se situe à un niveau de consommation nettement supérieur à la moyenne européenne. Mais, alors qu’elle était largement en tête de ce classement au début des années 2000, la France s’est, depuis, fait «dépasser» par la Belgique, le Luxembourg et surtout la Grèce  en matière de consommation.

Une nouvelle tendance à la hausse

Réalisée à partir des déclarations de ventes de ces médicaments par les industriels et les données de l’Assurance maladie, l’enquête de l’ANSM montre que la consommation d’antibiotiques a baissé de 12,5% entre 2000 et 2012. «Malheureusement, une nouvelle tendance à la hausse se dessine», note l’ANSM dans son rapport. Si les efforts d’information ont porté leurs fruits au début des années 2000, on peut se demander si «la dynamique à la baisse ne s’est pas essoufflée», poursuit l’Agence en comparant le niveau de consommation actuel à celui de l’année 2005.

Les résistances se développent, la recherche ralentit

Inquiétant car sur la même période, vingt-huit substances ont été retirées du marché et neuf nouvelles ont été commercialisées. Résultat: seuls 84 antibiotiques sont présents dans les pharmacies aujourd’hui alors qu’ils étaient 103 au début des années 2000. En même temps, par effet de mimétisme, les résistances à ce type de produits se développent de leur côté. «C’est d’autant plus préoccupant que la recherche sur de nouveaux antibiotiques s’est considérablement ralentie», conclut l’ANSM.