Affaire Tapie: Comment l'arbitrage aurait été truqué selon «Le Monde»

JUSTICE Le Monde dit pouvoir étayer l'existence d'une entente préalable à l'arbitrage après avoir eu accès au dossier judiciaire

Avec AFP
— 
Bernard Tapie avec son avocat Me Maurice Lantourne, le 19 octobre 2005 à Paris.
Bernard Tapie avec son avocat Me Maurice Lantourne, le 19 octobre 2005 à Paris. — MOTOR/SIPA

L'arbitrage Tapie aurait bien été faussée, selon Le Monde. Ce serait, en tout cas, la conviction des enquêteurs, selon les journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet. 

Une affaire d'Etat?

Selon les deux journalistes, les enquêteurs auraient désormais suffisamment d'éléments pour établir qu'une «escroquerie en bande organisée» aurait permis à l'homme d'affaires, le 7 juillet 2008, d'obtenir 403 millions d'euros à l'issue de l'arbitrage soldant son litige avec le Crédit lyonnais.

Pour Le Monde, qui a eu accès au dossier judiciaire, l'affaire Tapie se rapproche de plus en plus d'une affaire d'Etat. Ainsi, l'enquête mettrait en exergue le rôle moteur du tandem, constitué par l'arbitre Pierre Estoup et l'avocat de Bernard Tapie, Me Maurice Lantourne. L'ex-patronne de Bercy, Christine Lagarde, entendue comme témoin assisté, aurait ainsi affirmé à la Cour de Justice de la République CJR, le 23 mai: «Au moment où j'ai pris mes décisions dans l'affaire Tapie, j'ai déjà indiqué que je n'avais aucune raison de douter de l'impartialité de M. Estoup. Aujourd'hui, avec le recul et au vu des éléments que vous me communiquez, il est évident que mon sentiment est différent...». 

L'Etat, qui s'apprête à déposer un recours en révision, après s'être constitué partie civile, pourrait s'appuyer sur la procédure établissant qu'il y a eu fraude.