Baccalauréat: Les célébrités qui ont réussi sans l’avoir

EDUCATION Malgré le culte du diplôme qui règne dans l’Hexagone, de nombreux people n’ont jamais décroché le diplôme le plus populaire de France...

Delphine Bancaud

— 

Jamel Debbouze au Palais de l'Elysee le 12 Juin 2013.
Jamel Debbouze au Palais de l'Elysee le 12 Juin 2013. — HAMILTON-POOL/SIPA

Ils n’ont pas suivi le vieil adage «passe tonbac d’abord». Alors que ce fameux sésame est détenu par une proportion croissante de la population (76,7% d’une génération en 2012), de nombreuses célébrités ne l’ont jamais décroché. Ce qui ne les a pas empêchés de réussir leur carrière, malgré le culte du diplôme en France.

Jugez plutôt. Chez les artistes, Jamel Debbouze, Chimène Badi, Christophe Maé, Gérard Depardieu, Alain Delon, Vanessa Paradis, Line Renaud, Alain Souchon ou le très cultivé Fabrice Luchini ne sont pas titulaires du diplôme le plus populaire de France.

Idem dans la sphère médiatique où Michel Drucker, Michel Denisot, Jean-Pierre Foucault ont abandonné leurs études assez tôt pour mettre le plus vite possible un pied dans le PAF.

Les politiques et les hommes d’affaires aussi

Les politiques ont aussi leur lot d’autodidactes à l’instar de Christian Estrosi, le député-maire de Nice et Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Et l’on se souvient aussi de Pierre Bérégovoy, qui aimait à répéter qu’il s’était construit à la force du poignet.

Plus surprenant encore, de nombreux chefs d’entreprises n’ont pas décroché leur bac. Le plus illustre d’entre eux est l’ancien président du groupe Pinault-Printemps-Redoute (PPR), François Pinault, 59ème fortune mondiale en 2012 et troisième française! Sans oublier Jean-Claude Decaux, fondateur à 18 ans du groupe de mobilier urbain JCDecaux. Et Jean-Claude Bourrelier, fondateur et président-directeur général de Bricorama.

Pour valoriser ces parcours atypiques ont lieu chaque année «Les Victoires des Autodidactes». Créées en 1989 par le Harvard Business School Club de France, accompagnées du groupe Mazars, ont distingué plus de cent lauréats. Un bon moyen de démontrer qu’aucune voie n’est définitivement tracée.