La femme voilée agressée à Argenteuil a déposé plainte

POLICE Sa version sur l'identité des agresseurs diffère de celle de son entourage. Le climat reste tendu dans la ville...

A. S. Avec AFP

— 

Carte de localisation d'Argenteuil (Val d'Oise)
Carte de localisation d'Argenteuil (Val d'Oise) — Google Maps

La jeune femme affirmant avoir été agressée par deux hommes jeudi matin à Argenteuil (Val-d'Oise) a porté plainte ce vendredi, sans avancer de caractère islamophobe dans cette agression, a indiqué le procureur de la République à Pontoise, Yves Jannier. La jeune femme de 21 ans «a été entendue en fin de matinée par les enquêteurs», a-t-il indiqué, précisant qu'elle était examinée par «l'unité médico-judiciaire».

Selon une source policière, il y aurait «d'importantes divergences» entre le récit fait de l'agression par l'entourage de la jeune femme jeudi et celui qu'elle a elle-même livré aux enquêteurs, notamment sur la description des agresseurs. Lors de son audition ce vendredi, la jeune femme «a raconté avoir été agressée jeudi vers 10h30 par deux individus, juste après s'être entretenue au téléphone avec sa mère», a expliqué le procureur. Conformément à ce qu’avait rapporté jeudi 20 Minutes, ellle a précisé que ses agresseurs lui avaient «arraché son voile» et avaient coupé un bout de son vêtement, avant de prendre la fuite. «L'un d'entre eux lui alors a donné un coup de pied à la hanche», a précisé le procureur.

Pas de propos islamophobes

Selon le procureur, la jeune femme, qui se trouvait seule au moment des faits, a dit ne pas connaître ses agresseurs. Alors que son entourage avait décrit la veille des hommes au crâne rasé, «elle n'a pas parlé de skinheads», a précisé le procureur. «Au départ, elle a pensé qu'ils voulaient lui voler son téléphone», a indiqué Yves Jannier. «Il n'y a pas eu de propos islamophobes, de propos en lien avec sa religion au vu de son profil vestimentaire», a-t-il ajouté.

Les vêtements que la jeune femme portait au moment des faits ont été remis aux enquêteurs, qui vont les faire expertiser. Une mèche de cheveux, que la jeune femme a retrouvée par terre en ramassant son voile, a également été transmise aux policiers. «Aucun témoin» de la scène «ne s'est à ce stade manifesté», a précisé le procureur, affirmant que l'enquête se poursuit sur les circonstances de l'agression. «C'est une zone dans laquelle on n'a pas de caméras vidéos», a encore souligné le procureur.

Manifestation tendue devant la mairie vendredi

Ce vendredi, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans un climat tendu pour dénoncer «l'islamophobie» devant la mairie d'Argenteuil. Parmi les manifestants se trouvaient de nombreux jeunes musulmans traditionalistes, portant de longues barbes, ainsi que des femmes voilées. Le député-maire (PS) Philippe Doucet a été hué et pris à partie alors qu'il tentait de s'adresser aux manifestants. «Nous n'accepterons dans cette ville aucun acte islamophobe», a-t-il lancé. «Jusqu'à présent dans cette ville, il n'y a jamais eu de crâne rasé», a-t-il ajouté, essuyant sifflets et insultes d'une partie des manifestants.

Des projectiles en papier ont été jetés sur lui. Dans ce climat tendu, des altercations verbales ont également éclaté entre les manifestants, certains menaçant de se rendre devant le commissariat d'Argenteuil pour manifester leur colère. «Je vous demande de rester calme. Calmez-vous s'il vous plaît», a imploré un homme qui s'est présenté comme le père de la jeune fille agressée jeudi. «Ne leur laissons pas l'occasion de nous prendre pour des sauvages.»