Le contrôle d’une femme intégralement voilée dégénère à Argenteuil

avec AFP

— 

Une femme portant le niqab.
Une femme portant le niqab. — Fred Dufour AFP/Archives

De violents affrontements ont opposé mardi soir plusieurs dizaines de policiers à des habitants d'Argenteuil (Val-d'Oise) après le contrôle d'une femme de 25 ans portant le voile intégral, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. Alors que les policiers procédaient au contrôle d'identité de cette femme, dans une rue semi-piétonne du centre-ville d'Argenteuil, un attroupement s'est formé et a dégénéré en affrontement, mardi vers 19h.

«La jeune femme avait dans un premier temps accepté le contrôle. Mais un passant s'en est mêlé, pour dire que le contrôle était à ses yeux illégitime. Il a commencé à s'en prendre aux policiers», a indiqué une source proche du dossier. Un rassemblement d'une soixantaine de personnes s'est alors formé autour de la jeune femme et des fonctionnaires, qui ont appelé des renforts. «Les policiers ont été pris à partie. Ils ont été insultés et ont reçu des coups, notamment des coups de poing», a assuré une source proche du dossier, évoquant une scène d' «émeute».

Bombes lacrymogènes et flash-ball utilisés

Selon un habitant d'Argenteuil qui a assisté à la scène, les policiers ont utilisé des bombes lacrymogènes et des tirs de flash-ball pour disperser la foule. «Ils ont fait un usage de la force disproportionné. Dans la foule, il y avait des enfants dans des poussettes, qui ont reçu du gaz lacrymogène», a affirmé cet homme de 32 ans, qui n'a pas souhaité donner son nom.

Selon une source proche du dossier, deux hommes dont un cousin de la jeune femme ont été interpellés lors des échauffourées. Agés de 23 et 37 ans, ils ont été placés en garde à vue pour «provocation à l'attroupement», «violences sur personne dépositaire de l'ordre public», «outrage» et «rébellion».

Une quarantaine de policiers ont été mobilisés pour ramener le calme après les échauffourées, a précisé cette source. «La situation n'est revenue à la normale que vers 20h30», a-t-elle précisé.

En raison de nombreux débordements, nous avons fermé les commentaires liés à cet article. Nous vous remercions pour votre compréhension.