La numéro 2 de l'UMP Michèle Tabarot pourrait être visée par une enquête espagnole

JUSTICE Une enquête espagnole visant le frère de Michèle Tabarot pourrait s'intéresser à elle...

A.-L.B.

— 

Michèle Tabarot, secrétaire générale de l'UMP, le 21 novembre 2012 à Paris.
Michèle Tabarot, secrétaire générale de l'UMP, le 21 novembre 2012 à Paris. — PRM/SIPA

La secrétaire générale de l’UMP Michèle Tabarot pourrait être visée par une enquête qui cible l’un de ses frères, rapporte le site Mediapart. Dans cette enquête, ouverte en 2008 en Espagne, des juges ont mis en examen Claude Roch Tabarot pour une escroquerie immobilière évaluée à 72 millions d’euros.

Claude Roch Tabarot est accusé dans cette affaire d’avoir vendu, via une société appelée Riviera Invest, des appartements sur plans en Espagne qui n’ont jamais été construits, et sur des terrains dont il n’était pas le propriétaire.

Des retraits en espèces, à hauteur de 13,5 millions d’euros, ont été effectués, précise Mediapart, ainsi que des virements entre différents pays. La destination de cet argent reste inexpliquée.

Soupçons de l’association de victimes

La poursuite de l’enquête espagnole vers la France pourrait s’intéresser à Michèle Tabarot et son autre frère, Philippe Tabarot, secrétaire national de l'UMP, conseiller général des Alpes-Maritimes et candidat à Cannes en 2014, ajoute Mediapart. 

En effet, des victimes estiment qu’une partie de l'argent détourné a été détournée vers la France, et potentiellement par un membre de la famille de responsables politiques. Elles sont convaincues que le fait qu’un proche conseiller de Michèle Tabarot, Franck Mezzasoma, par ailleurs trésorier adjoint de la fédération UMP des Alpes-Maritimes soit actionnaire de la holding Riviera Coast Invest, n’est pas le fruit du hasard.