L'insécurité jugée stable en France

SONDAGE Une grande majorité de Français estime que la violence n’a ni augmenté, ni baissé ces derniers mois...

avec AFP

— 

Illustration: police, un policier.
Illustration: police, un policier. — BAZIZ CHIBANE/SIPA

L’insécurité est restée «stable». D’après un sondage CSA pour BFMTV révélé ce jeudi 6 juin, plus des deux tiers des Français estiment que l’insécurité n’a pas évolué dans leur entourage ces derniers mois. 24% jugent que l’insécurité a augmenté tandis que seulement 6% pensent qu’elle a diminué.

L'étude montre un «clivage particulièrement net» entre zones rurales et zones urbaines, analyse Yves-Marie Cann, directeur adjoint du pôle opinion à l'Institut CSA. Dans les communes rurales, 17% des personnes interrogées estiment que l'insécurité a augmenté, contre 25% dans l'agglomération parisienne et 26% dans les zones urbaines.
 

Sentiment d’insécurité plus élevé en zone urbaine

C'est en Ile-de-France que le sentiment d'une augmentation de l'insécurité est le plus élevé (29%). Il est également plus important dans les régions de la moitié Est du pays (25%) que dans celle de la façade Ouest (19%), relève le sondage.
 
Parallèlement, la perception d'une hausse de l'insécurité est plus prononcée chez les 25-64 ans (23 à 29%), selon l'enquête. «La sensibilité à l'enjeu de la sécurité est en règle générale plus prononcée auprès des personnes les plus âgées», explique Yves-Marie Cann. Ce sondage montre en revanche des positions plus nuancées sur cette partie de la population. En effet, les plus de 65 ans sont seulement 20% à penser que l’insécurité dans leur entourage a augmenté.
 
De la même façon, l'étude constate que quel que soit le positionnement politique des personnes interrogées, le sentiment de stabilité l'emporte très majoritairement. Le sondage montre toutefois que les sympathisants de droite sont plus nombreux (28%) que ceux de gauche (18%) à percevoir une hausse de l'insécurité. «Un clivage assez classique», selon Yves-Marie Cann.

Le sondage a été réalisé par téléphone les 4 et 5 juin 2013 sur un échantillon national représentatif de 961 personnes par l’institut de sondage CSA pour BFMTV