Présenté comme proche de Merah dans un reportage, il attaque France Télévisions en justice

Vincent Vantighem

— 

Mohamed Merah dans le documentaire "Affaire Merah, itinéraire d'un tueur" de Jean-Charles Doria diffusé sur France 3
Mohamed Merah dans le documentaire "Affaire Merah, itinéraire d'un tueur" de Jean-Charles Doria diffusé sur France 3 — France Télévisions/ Jean-Charles Doria

Cela ne fait pas un an que Fabien Clain s’est installé en Normandie. Mais il envisage déjà de déménager. Présenté comme un proche de Mohamed Merah dans un reportage de «Pièces à conviction», ce trentenaire assure que sa vie est devenue un «enfer» depuis la diffusion de l’émission le 6 mars. Il a donc décidé d’attaquer France Télévisions en «diffamation». Contacté par 20 Minutes, Grégory Saint-Michel, son avocat, confirme que «la plainte en diffamation devant le tribunal correctionnel de Paris visant Rémy Pflimlin, le président de France TV, sera délivrée ce mercredi après-midi».

Une palette de photos et de noms

Diffusé en deuxième partie de soirée sur France 3, le reportage d’un peu plus d’une heure affiche à cinq reprises une palette où l’on découvre les photographies et les noms de personnes qui auraient été en contact avec Mohamed Merah. «Il existe bien des connexions entre le tueur au scooter et ce groupe», assure à l’appui des images la voix off.

Cette émission, Fabien Clain ne l’a pas vue. Enseignant l’arabe, ce n’est que le lendemain qu’il a été prévenu par l’un de ses élèves. «C’était une catastrophe. Tout le monde s’est passé le mot très rapidement, confie-t-il aujourd’hui. J’ai vite été assimilé au tueur d’enfants…»

 

«Quand il a tué ces gens, j’étais en prison!»

Car le trentenaire ne nie rien de son passé. Condamné en 2008 à Toulouse (Haute-Garonne) pour son rôle dans une filière d’acheminement de djihadistes français vers l’Irak, il a passé cinq ans derrière les barreaux. «Mais je n’ai jamais été proche de Merah! Quand il a tué tous ces gens, j’étais en prison. J’ai découvert cela dans ma cellule», s’insurge-t-il. Or «la diffusion de cette planche photographique laisse supposer au public la participation de Fabien Clain sinon aux actes criminels perpétrés [par Mohamed Merah], au moins à leur préparation», déplore la citation directe que 20 Minutes a consultée.

Sorti en août 2012, il lui est aujourd’hui toujours interdit d’entrer dans vingt-deux départements français. C’est donc en Normandie qu’il a décidé de poser ses valises avec son épouse. «Aujourd’hui, elle a peur. On est dans une petite ville. On sent tous les regards sur nous. Alors que je voulais juste refaire ma vie tranquillement…»