Un mois de prison avec sursis requis contre un instituteur pour une punition

JUSTICE L’enseignant avait collé un papier sur le front d’une de ses élèves car elle n’allait pas assez vite...

Vincent Vantighem

— 

Illustration: Des élèves en classe de primaire.
Illustration: Des élèves en classe de primaire. — FRED SCHEIBER/20 MINUTES

Le parquet de Cherbourg (Manche) a requis, mardi, un mois de prison avec sursis à l’encontre d’un instituteur pour une punition qui a mal tourné, selon des informations de France Info. Poursuivi pour «violences sur mineur de moins de 15 ans», l’instituteur a reconnu avoir collé un papier sur le front de son élève qui était dissipée.

Les faits remontent au 22 mars 2013. D’après France 3 Basse Normandie, c’est un atelier de travaux manuels (découpage et collage) qui aurait mal tourné. Agée de 10 ans, l’élève se serait montrée moins rapide que ses petits camarades. C’est après avoir pris cela pour une provocation que l’instituteur  aurait donc étalé de la colle sur le front avant d’y coller un papier. «Le problème, d’après les informations de France 3, c’est qu'après ce geste du professeur, plusieurs élèves ont eux aussi collé des papiers sur le visage de la fillette.»

Décision le 2 juillet

Avertie par leur fille, les parents ont décidé de porter plainte contre cet enseignant déjà connu pour l’originalité de ses méthodes. Finalement, ils ont décidé de retirer leur fille de l’école avant de la réinscrire après la suspension et le remplacement de l’instituteur mis en cause.

L’instituteur s’est défendu en expliquant qu'il avait «choisi l'humour pour faire passer son message» mais a reconnu que c’était «une mauvaise décision». Le tribunal de Cherbourg a mis son jugement en délibéré au 2 juillet.