Une journaliste italienne accuse Dominique Strauss-Kahn d'avoir tenté d'abuser d’elle

SOCIETE L'avocat de DSK n'a pas souhaité commenter ces propos...

A.Ch.

— 

Dominique Strauss-Kahn au Forum économique de Yalta, en Ukraine, le 14 septembre 2012.
Dominique Strauss-Kahn au Forum économique de Yalta, en Ukraine, le 14 septembre 2012. — Efrem Lukatsky/AP/SIPA

Une nouvelle accusation contre Dominique Strauss-Kahn, provenant cette fois d’Italie. Myrta Merlino, journaliste italienne, accuse DSK d’avoir tenté d’abuser d’elle lors d’un forum économique à Davos, en Suisse, à la fin des années 1990. La présentatrice a expliqué, dans une interview télévisée, qu’après avoir sollicité une interview avec Dominique Strauss-Kahn, celui-ci aurait tenté d’abuser d’elle.

«La violence psychologique d'un homme de pouvoir»

D’après les déclarations de Myrta Merlino, l’interview qui devait avoir lieu dans le bar d’un hôtel a été déplacée au dernier moment dans la chambre de DSK et sans le cameraman qui devait l’accompagner. «Après avoir hésité, je me suis laissée convaincre et je me suis assise dans un fauteuil. Il m'a offert un grand verre de champagne, et nous avons commencé à parler de tout sauf de l'interview, raconte-t-elle. Dominique Strauss-Kahn m'a ensuite confié qu'il adorait les journalistes. Je lui ai rétorqué que je trouvais que son épouse était une femme et journaliste formidable. Je me suis levée, et, tout en me poussant violemment contre un mur, il a essayé de m'embrasser. Je lui ai retourné une claque violente, me suis débattue et enfuie avec beaucoup de difficultés.»

Toujours choquée par «la violence psychologique d'un homme de pouvoir», la journaliste italienne n’a toutefois pas expliqué pourquoi elle avait attendu près de dix ans pour en parler. L’avocat de Dominique Strauss-Kahn, Me Richard Malka, interrogé par lepoint.fr, affirme qu'il n'est «pas au courant» et qu'il n'a «pas de commentaire à faire» sur cette affaire.