«Outé» par Stéphane Bern, l'UMP Geoffroy Didier «assume son hétérosexualité»

POLITIQUE Le cofondateur de la Droite forte déplore un «climat nauséabond, marécageux et fascisant»...

E.O. et A.-L.B

— 

Didier Geoffroy, le cofondateur de la Droite forte, le 6 octobre 2012 à Paris.
Didier Geoffroy, le cofondateur de la Droite forte, le 6 octobre 2012 à Paris. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Lassé par «le mensonge permanent des hommes politiques», Stéphane Bern a lâché un gros morceau. Selon Lepoint.fr, l’animateur a révélé sur le plateau de l’émission de Canal+ «Salut les terriens» (enregistrée jeudi mais diffusée samedi) l’homosexualité de Geoffroy Didier, le cofondateur à l’UMP du mouvement de la Droite forte.

«Non, mais Geoffroy n'assume pas sa sexualité!», a lancé Stéphane Bern, en présence de l’homme politique, avant d’ajouter: «Tout le monde sait qu'il est homo, mais il dit qu'il est hétéro».

«Manifestement, je gêne!»

«En plus, à la soirée où nous étions la semaine dernière, où vous étiez aussi, Frédéric Mitterrand vous l'a dit en plus...», a poursuivi l’animateur, selon le script de l’émission diffusé sur le site de l’hebdomadaire. «Oui, mais ce n'est pas parce que Frédéric Mitterrand le dit que c'est vrai», a alors répondu Geoffroy Didier, qui a ensuite convenu que ce n’était pas «grave».

L’intéressé a déploré ce vendredi sur Twitter les «propos mensongers et choquants» de Stéphane Bern. «J’assume mon hétérosexualité, personne n’est parfait», ironise-t-il ensuite. Selon lui, l’animateur «a voulu s'en prendre violemment à Copé et à (lui)».

Difficile à poursuivre en justice

Dans «Salut les Terriens», Stéphane Bern raconte en effet un dîner au cours duquel le président de l’UMP aurait indiqué être favorable au mariage homosexuel mais cacher son avis pour des raisons politiques.

«Climat nauséabond, marécageux et fascisant», dénonce Geoffroy Didier, toujours sur Twitter. Et de conclure: «Manifestement, je gêne!»

Vrai ou faux, ce dévoilement de l’orientation sexuelle par autrui peut être très difficilement poursuivi, assure une avocate du droit de la presse à 20 Minutes. Bien que cela puisse constituer une atteinte à la vie privée, cette révélation ne peut être poursuivie que si elle s’accompagne de «propos désagréables, diffamatoires». Ce qui ne semblerait pas le cas, à la lecture des propos rapportés par Le Point ce vendredi. Geoffroy Didier n’a ainsi que les réseaux sociaux pour faire entendre sa voix.