Paris: «Il y a eu 7.800 logements construits ou réhabilités en douze ans»

Propos recueillis par Delphine Bancaud

— 

Paris le 29 mai 2013. Residence etudiante du CROUS rue de Bercy.
Paris le 29 mai 2013. Residence etudiante du CROUS rue de Bercy. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Alors que Bertrand Delanoë inaugure ce jeudi une résidence mixte accueillant des étudiants et des personnels de la Ville,  Didier Guillot, adjoint au maire de Paris en charge de la Vie étudiante, fait le bilan de la politique de logement étudiant de Paris.

Paris compte 300.000 étudiants et beaucoup d’entre eux désespèrent d’obtenir une chambre en résidence étudiante…

En 2001, lorsque Bertrand Delanöe a pris ses fonctions, Paris ne comptait que 1.900 logements étudiant et le retard était phénoménal. Les deux tiers étaient vétustes et plus aux normes. En douze ans, nous avons effectué un effort considérable en construisant ou réhabilitant 7.800 logements. Et sur la dernière mandature, nous avons consacré 180 millions d’euros au logement étudiant. Rien que pour 2013, cinq nouvelles résidences vont sortir de terre: Cardinet-Chalabre (17e arrondissement), Canal de l’Ourcq (19e), Thionville (19e), Parmentier (17e), Vaugirard (15e). Et la résidence Citeaux dans le 12e sera réhabilitée début 2014.

Vous avez également voulu un changement qualitatif des résidences étudiantes. Y êtes-vous parvenu?

Oui, car certaines résidences comme celles situées rue de la Fontaine au roi dans le 11e ou de la ZAC Rungis sont des perles architecturales. En juin prochain, nous allons d’ailleurs organiser une exposition avec le Crous au restaurant universitaire de Mabillon pour vanter la qualité architecturale des résidences étudiantes. Chaque nouvelle résidence a sa propre identité et les chambres sont modernes, fonctionnelles et lumineuses. Et les bâtiments sont toujours à taille humaine (de 30 à 250 logements) et comportent  toujours des lieux de vie collectifs conviviaux.

Bertrand Delanoë inaugure ce jeudi une résidence mixte accueillant des chambres d’étudiants et des logements sociaux. Comptez-vous multiplier les résidences mixtes?

La majorité des résidences que nous avons créées sont classiques. Mais les résidences mixtes nous ont permis d’innover et de créer des ponts entre différents publics. C’est le cas des résidences étudiants/chercheurs et étudiants/jeunes travailleurs, toutes deux situées dans le 13e ou de la résidence étudiant/travailleurs migrants dans le 15e. Nous avons aussi  tenté une expérience innovante de logements solidaires dans la résidence Philippe de Girard dans le 18e en partenariat avec l'AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville). Les étudiants qui y sont logés donnent des cours de soutien à des élèves de la Goutte d’or. C’est une réussite.