Affaire Adidas: Pour Tapie, la mise en examen du juge arbitre est «incompréhensible»

JUSTICE Piere Estoup a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée dans l'affaire Tapis-Adidas...

E.O. avec AFP

— 

Bernard Tapie, le 19 mars 2012.
Bernard Tapie, le 19 mars 2012. — VILLARD/NIVIERE/SIPA

Le juge arbitre Pierre Estoup a été mis en examen ce mercredi pour escroquerie en bande organisée, dans le cadre de l'affaire Tapie, a indiqué le parquet de Paris dans un communiqué. Une mise en examen que Bernard Tapie a jugé «incompréhensible».

Pierre Estoup était l'un des trois juges arbitres du tribunal arbitral dans l'affaire Tapie/Adidas qui avait décidé d'octroyer 403 millions d'euros à Bernard Tapie dans le litige l'opposant au Crédit Lyonnais. L'ancien président de la cour d'appel de Versailles, âgé de 86 ans, avait été mis en examen à l'issue d'une garde à vue médicalisée à l'hôpital parisien de l'Hôtel-Dieu.

Soupçonné d'avoir eu des liens avec Tapie et son avocat

Cette mise en examen a été décidée dans le cadre de l'enquête sur le volet non ministériel de l'affaire Tapie/Adidas ouverte en septembre 2012 pour «usage abusif des pouvoirs sociaux et recel de ce délit au préjudice du consortium de réalisation» (CDR), gérant le passif du Crédit Lyonnais. L'enquête a ensuite été élargie pour «faux, détournement de fonds publics, complicité et recel de ces délits». Les juges ont requalifié ce mercredi le «délit de faux par simulation d'acte en escroquerie en bande organisée», précise le communiqué du parquet de Paris.

Les enquêteurs soupçonnaient Pierre Estoup d'avoir eu des liens anciens avec Bernard Tapie et avec son avocat, Me Maurice Lantourne, ayant pu fausser l'arbitrage rendu en 2008 en faveur de l'homme d'affaires dans son litige avec le Crédit Lyonnais sur la vente d'Adidas en 1993. En mettant en examen l'ex-haut magistrat pour escroquerie en bande organisée, les enquêteurs le soupçonnent d'avoir favorisé, avec d'autres personnes, un arbitrage en faveur de Bernard Tapie, selon une source proche du dossier.

Ce mercredi, le ministère de l'Economie a annoncé que l'Etat se porterait partie civile «dans les plus brefs délais», toujours dans le volet non-ministériel cette affaire.

Tapie n'a «pas du tout accès au dossier»

Interrogé par l'AFP, Bernard Tapie a jugé mercredi soir «incompréhensible» la mise en examen de Pierre Estoup. «Il y a forcement dans ce dossier des choses que j'ignore pour que les motifs de la mise en examen soient si graves», a déclaré Bernard Tapie à l'AFP. Car «escroquerie en bande organisée, cela veut dire que c'est très grave», a-t-il constaté.

«C'est d'autant plus incompréhensible que mon avocat, Maurice Lantourne, a été entendu ce matin et qu'il est ressorti» sans que rien ne soit retenu contre lui. «Il n'a pas même interdiction de me voir», a relevé l'homme d'affaires. «N'ayant pas du tout accès au dossier, cela m'est très difficile de faire un commentaire judicieux», a continué Tapie. Mais, a-t-il dit, «j'espère que ce ne sont pas les intoxications répétées des Bayrou, De Courson, Clay et autres Peyrelevade qui ont convaincu les magistrats de cette décision», a-t-il ajouté.