Arrestation de Redoine Faïd: Comment les traces de son complice ont trahi Faïd

FAITS DIVERS Les enquêteurs étaient persuadés que Redoine Faïd tenterait de contacter sa famille pour revoir son fils...

William Molinié

— 

Vue de l'hotel B&B de Pontault-Combault ou a été arrêté  Redoine Faïd le 29 mai 2013.
Vue de l'hotel B&B de Pontault-Combault ou a été arrêté  Redoine Faïd le 29 mai 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Ce coup de fil à un proche de la famille de Rédoine Faïd a mis la puce à l’oreille des enquêteurs. Selon nos informations, le fugitif s’était alloué les services d’un homme pour lui venir en aide et l’assister durant sa cavale. C’est par ce complice que les policiers ont réussi à retrouver la trace du caïd plus recherché de France.

A l’affût du moindre mouvement, les services d’enquêtes de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) étaient persuadés que le braqueur tenterait «un jour ou l’autre de contacter sa famille pour revoir son fils». Des écoutes téléphoniques importantes et des «triangulations» étaient alors mises en place.

Surveillance rapprochée

Au cours de l’une d’entre elles, les policiers ont capté une première piste. «Le complice a approché la famille il y a une semaine», a expliqué à 20 Minutes un proche de l’affaire. Puis de fil en aiguille, ils se sont aperçus que cet homme logeait dans une chambre d’hôtel à Pontault-Combault. «Ils ont compris qu’il n’était pas tout seul», poursuit cette source.

Mais ce n’est qu’au cours des dernières 24 heures que les enquêteurs ont obtenu la «quasi-certitude» que Rédoine Faïd s’y cachait, a indiqué le directeur central de la police judiciaire, Christian Lothion. «Des chambres aux alentours ont été louées pour faire une surveillance rapprochée», a précisé notre source.

« Il allait remonter au braquage »

«A l'évidence, il a beaucoup circulé pendant six semaines», a indiqué Manuel Valls sur i-Télé. Des sources policières pensent qu'il s’est trouvé à l'étranger «à un moment donné». Il n’aurait pas «pu résister au fait de revoir sa famille et surtout son fils qu'il adorait».

Son complice, âgé de 29 ans, a lui aussi été interpellé. Deux armes de poing ont été retrouvées. «A l’évidence, tout montre qu’il allait remonter au braquage, peut-être très rapidement», estime une source policière.

Le procureur de la République de Lille, qui s’est rendu ce mardi à la prison de Sequedin (Nord) d’où Faïd s’était évadé, doit tenir une conférence de presse à 16h.