Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
POLICEArrestation de Redoine Faïd: «Il a pu, à tort, se sentir protégé»

Arrestation de Redoine Faïd: «Il a pu, à tort, se sentir protégé»

POLICE
Claude Cancès, ancien directeur de la police judiciaire de Paris, réagit après l'interpellation de Redoine Faïd...
Photo non datée de Redoine Faïd délivrée par Interpol le 15 avril 2013.
Photo non datée de Redoine Faïd délivrée par Interpol le 15 avril 2013. - Interpol/AP/Sipa
Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud

Redoine Faïd, qui s’était évadé il y a six semaines de la prison de Sequedin, a été arrêté avec un complice, dans la nuit de mardi à mercredi dans un hôtel de Pontault-Combault, en grande banlieue parisienne. Pourquoi cette cavale se termine dans ce lieu? Comment en est-t-on arrivé là? Réponses avec Claude Cancès, ancien directeur de la police judiciaire de Paris, qui a passé trente-cinq ans au 36 Quai des Orfèvres

Pourquoi cette nouvelle cavale de Redoine Faïd s’arrête à Pontault-Combault?

Il avait bien préparé son évasion, peut-être moins sa cavale... Le choix d’un petit hôtel de Pontault-Combault est évidemment plus discret que prendre une chambre dans un grand hôtel parisien! Deuxième élément, Pontault-Combault est à côté de la Francilienne, ce qui facilite un départ rapide. Cela me rappelle une histoire ancienne sur laquelle j’avais travaillé. Il y a des années, un voyou en fuite avait loué un studio à Avoriaz, en bas des pistes de ski, à l’arrière d’un immeuble. Il pensait qu’en cas de problème, il pourrait filer à ski… ce qui ne l’a pas empêché d’être pris.

>> Le portrait du braqueur, à lire ici

Redoine Faïd aurait-il pu être lâché par un proche qui aurait informé les forces de l’ordre?

Il n’est pas impossible que des voyous, des informateurs, aient parlé. Il a pu également commettre des imprudences, voire des erreurs avec ses contacts, se sentant à tort protégé. La personne arrêtée cette nuit avec lui représentait-elle le meilleur complice possible pour s’en sortir?... Enfin, dans ce genre d’affaires, il y a également un suivi très important de l’environnement, avec des filatures et des écoutes.

Une précédente cavale l’avait emmené jusqu’en Israël. Pensez-vous que Redoine Faïd cherchait à gagner l’étranger?

Peut-être, même s’il est difficile de se projeter lorsqu’on n’est pas au cœur de l’affaire. Mais notons d’abord que les frontières ne sont pas si faciles que cela à traverser. Il faut de l’argent pour produire des faux papiers, il faut également se transformer pour passer inaperçu. Il faut beaucoup d’argent, ce qui pourrait accréditer l’hypothèse que Redoine Faïd aurait pu préparer un braquage dans les semaines qui arrivent, pour se mettre à flot.

Les cavales, en général, finissent mal, à l’instar de celles de Jacques Mesrine, Jean-Pierre Treiber ou Antonio Ferrara…

Pour qu’il y ait une cavale, il faut des complicités. Dans le cas de l’évasion de Redoine Faïd, il est, à mon avis, à peu près certains qu’il y a eu des complicités extérieures et intérieures à la prison de Séquedin. L’enquête le dira. Mais, à la vue de son profil, il n’est pas compliqué de voir que Redoine Faïd est un solitaire à l’ego démesuré, qui a tout fait pour séduire et endormir son environnement.

Pensez-vous que Redoine Faïd retentera, à plus ou moins long terme, une nouvelle évasion?

Il vient d’être attrapé, donc il va se calmer un petit moment. Mais un évadé a toujours, toujours l’envie de recommencer.