Militaire agressé à La Défense: Que sait-on du suspect interpellé?

FAITS DIVERS Interpellé dans les Yvelines, Alexandre D. est un converti qui n'était pas connu des services spécialisés...

William Molinié

— 

Un homme a été interpellé le 26 mai à La Verrière dans  les Yvelines dans l'enquête sur l'agression au cutter d'un militaire à la Défense.
Un homme a été interpellé le 26 mai à La Verrière dans les Yvelines dans l'enquête sur l'agression au cutter d'un militaire à la Défense. — ERIC FEFERBERG / AFP

 L’homme arrêté mercredi matin à La Verrière, dans la résidence du Bois-de-l’Etang, (Yvelines) est âgé de 22 ans. Il est soupçonné d’être l’agresseur de Cédric Cordier, 25 ans, militaire blessé samedi 25 mai au cou alors qu’il était en patrouille Vigipirate à La Défense (Hauts-de-Seine). Selon le procureur de la République de Paris, il a reconnu les faits. Puis, précisant sa pensée, François Molins a indiqué qu'à l'arrivée des policiers l'individu savait «pourquoi ils étaient là».

Alexandre D. a été «remonté» grâce à la vidéosurveillance, dont les images ont été diffusées par M6, et à l’ADN qu’il avait laissé sur une bouteille.

Selon nos informations, les policiers auraient réussi à le localiser dès mardi soir. Des recherches ont été menées à Trappes, dans une commune voisine. Ils visaient un premier lieu où l’individu, présenté comme un SDF, avait l’habitude de «passer». Les enquêteurs se sont donc orientés vers une de ses connaissances et sont parvenus à le localiser à proximité d’un de ses proches à La Verrière.

 Un converti 

Selon une source policière, contactée par 20 Minutes, le jeune homme serait un converti, ce que le parquet de Paris confirme. Même si des premières sources le décrivaient comme un partisan d’un Islam radical, Manuel Valls a tempéré ces informations. « On ne peut pas encore parler d’islam radical», a précisé le ministre de l’Intérieur sur iTélé.

«Il n’est pas connu spécialement pour s’être radicalisé et constituer une menace. On le retrouve sur des prières de rue, des petits délits. Rien de plus», a précisé une source policière à 20 Minutes.

Apparaît au FNAEG

Alexandre D. apparaît dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), où il était enregistré. En revanche, il n'était pas connu des services spécialisés de renseignement. Son casier judiciaire était vide et il avait fait l'objet de rappels à la loi lorsqu'il était mineur.

Son identité avait été contrôlée une seule fois, en 2009, à l'occasion d'une prière de rue.

>> En raison de nombreux débordements dans les commentaires (non-respect de la présomption d'innoncence, insultes à caractère raciste), nous avons été dans l'obligation de fermer les commentaires de cet article. Tous les internautes ayant déposé à plusieurs reprises des messages manifestement agressifs et inadmissibles, ont été ou seront, bannis de 20minutes.fr.