La consommation de Ritaline en forte hausse

SANTE Le nombre de boîtes vendues a bondi de près de 70% en cinq ans...

W. M.

— 

La Ritaline, médicament des laboratoires Novartis, est classée dans la catégorie des stupéfiants.
La Ritaline, médicament des laboratoires Novartis, est classée dans la catégorie des stupéfiants. — MIKAEL LIBERT/20 MINUTES

Elle se fait appeler Kiddy Coke, ou drogue des enfants. Selon une étude réalisée par le laboratoire de recherche Celtipharm dévoilée par Le Parisien ce mercredi, le nombre de boîtes de Ritaline vendues en cinq ans a augmenté de 70%, passant de 283.700 en mars 2008 à 476.900 en mars 2013.

La Ritaline est une molécule cousine des amphétamines prescrite pour soigner les troubles de l’attention et l’hyperactivité des enfants. Elle a suscité aux Etats-Unis une vive polémique dans les années 1990 où  10% des enfants de 9 à 12 ans étaient traités à la Ritaline.

Interrogée en 2008 par 20 Minutes, Isabelle Bardeau-Mézange, pédopsychiatre à l'hôpital de Perpignan, s'inquiétait du recours à ce médicament. «C’est devenu la pilule du bonheur. Mais comme le Prozac, la Ritaline cause de graves retards de croissance. Et nous voyons de plus en plus d’enfants atteints de ces anomalies. C’est très inquiétant», expliquait-elle alors.

Selon la Haute autorité de santé (HAS), «des incertitudes demeurent sur les effets à moyen et long terme», rappelle le quotidien qui cite un avis du 3 octobre 2012. Les experts y évoquent un «risque d’usage détourné, de mésusage ou d’abus». Comme des étudiants en recherche de performances pour les examens, des drogués ou même des parents d’enfants traités pour «améliorer leurs performances intellectuelles», conclut le quotidien.