La cigarette électronique est-elle nocive?

SANTE Aucune étude sur la nocivité des cigarettes électroniques n'est aujourd’hui disponible. Pour de nombreux tabacologues, le principe de vigilance est à retenir...

Alexandra Luthereau
— 
Une utilisatrice de la cigarette électronique à Paris en mai 2013.
Une utilisatrice de la cigarette électronique à Paris en mai 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Le tabac tue. Mais qu'en est-il de la cigarette électronique? La France compte aujourd’hui près de 500.000 adeptes de l’e-cigarette. Les risques sanitaires de cette méthode n’ont pas encore été prouvés, ni même son efficacité dans le sevrage du tabac. Ce mardi, le rapport du professeur Dautzenberg qui sera remis à Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la santé, devrait préconiser l’interdiction de l’e-cigarette dans les lieux publics, l’interdiction de leur vente aux mineurs et les établissements les proposant seront soumis à agrément. Mais une question reste sans réponse: dans quelle mesure la cigarette électronique est-elle dangereuse?

La vigilance est de mise

Si l’on se fie à sa composition, l’e-cigarette semble moins nocive que la cigarette tabac. La version électronique ne contient pas de produits toxiques ou cancérigènes en soi et la vapeur d’eau produite n’implique pas de modifications dans les propriétés chimiques des produits, contrairement à la combustion. Pourtant, en l’absence d’évaluation de ses éventuels risques sur la santé, notamment dans le cadre d’une utilisation prolongée, les tabacologues prônent la vigilance.
 
Aujourd’hui, les cigarettes électroniques ne sont pas standardisées; d’un fabricant à l’autre, on trouvera des produits différents. Pour le professeur Xavier Quantin, tabacologue-pneumologue au CHU de Montpellier, sans marquage CE (pour conformité européenne), comme c’est le cas aujourd’hui,  les fabricants peuvent «mettre ce qu’ils veulent» dans ces cigarettes. Par exemple, un produit indiquant ne pas contenir de nicotine peut dans les faits en posséder. De même, un fabricant peut ajouter d’autres produits que ceux généralement utilisés.
 

Un premier pas vers le tabac?

Par ailleurs, la cigarette électronique ressemble beaucoup au modèle avec tabac. L’ambiguïté entretenue par l’iode rouge faisant penser à la combustion ou encore le design du produit maintiennent l’utilisateur dans un comportement de fumeur de tabac. Et chez les jeunes, le risque est que le vapotage devienne le premier pas vers le tabac, même si aucune corrélation n’a été prouvée. Pour ces différentes raisons, l’utilisation de l’e-cigarette est fortement déconseillée aux femmes enceintes, tandis que la vente à des mineurs devrait être interdite prochainement.
 
Sur la question de l’usage de ces cigarettes dans le sevrage du tabac, le débat reste ouvert. «C’est un produit pouvant réduire les risques, on peut le considérer comme un mode d’arrêt du tabac», déclare le docteur Gérard Mathern, tabacologue-pneumologue. De son côté, le professeur Xavier Quantin insiste sur le fait que l’e-cigarette «n’est pas un dispositif médical» et ne recommande pas cette méthode pour l’arrêt du tabac. Un débat loin d’être tranché.