Le nouveau billet de 5 euros a été mis en circulation le 2 mai 2013.
Le nouveau billet de 5 euros a été mis en circulation le 2 mai 2013. — V. WARTNER / 20 Minutes

Société

Les nouveaux billets de 5 euros refusés par certains commerçants

SOCIETE – Mis en circulation par la Banque centrale européenne (BCE) le 2 mai dernier, le nouveau billet de cinq euros cumule quelques «bugs» et refus de la part de certains commerçants…

Elle le sort de son portefeuille comme un boulet. «Je ne sais pas quoi faire de ce billet de cinq euros. Des commerçants me l’ont refusé», s’exclame Lucille, 24 ans. Le nouveau billet de cinq euros a été mis en circulation le 2 mai dernier par la Banque centrale européenne (BCE) mais pose un problème: certains commerçants sont réticents à l’accepter.

Parfois, ils se disent même surpris, comme le rapporte Paula: «Vendredi, j’étais dans un bar dans le 8ème arrondissement. Au moment de payer ma consommation, le serveur me dit étonné: "c’est quoi ce billet?"», explique cette étudiante qui a récupéré le fameux billet lors d’un voyage à Barcelone. Finalement, Il lui demande son billet de 10 euros pour payer. Lucille, elle, compte «s’en débarrasser le plus vite possible».

«Je n’étais pas au courant que ces nouveaux billets circulaient»

Du côté des commerçants, on dit l’accepter, mais on évoque d’autres problèmes à son sujet. «J’ai déjà eu une cliente qui n’en voulait pas, pensant qu’il était faux», commente la caissière d’une grande surface. Des buralistes assurent ne pas avoir de soucis et acceptent ces nouveaux billets mais pointe un autre problème: «Il est refusé dans les caisses automatiques», affirme le gérant du tabac.

Dans une brasserie du  9ème arrondissement, la responsable indique: «La première fois que je l’ai vu, j’ai été surprise et j’allais le refuser», commente-t-elle. «Finalement, un collègue m’a dit qu’il n’y avait pas de soucis». Elle poursuit: «Je n’étais pas au courant que des nouveaux billets de cinq étaient en circulation. En plus, ils ne passent même pas dans les détecteurs de fausse monnaie», conclut-elle.

Un billet présenté comme «plus sûr»

Ce nouveau billet bénéficierait de progrès technologiques qui le rendent «encore plus sûr» et «difficile à contrefaire» assure-t-on à la Banque de France. Mais le nouveau billet de 5 euros est refusé par certains détecteurs de fausse monnaie. «Les machines agréées par la banque centrale n’ont pas encore toutes été réglées pour ce billet», explique la Banque de France. Toutefois, elle nuance ces désagréments: «Les signes de sécurité sont assez simples. On peut repérer les vrais des faux simplement au toucher. De plus, les formations de détection des faux billets pour les commerçants augmentent en ce moment, notamment pour présenter ce billet de cinq». Néanmoins, la contrefaçon du billet de 5 euros est très rare. «Il représente 0,5 % des billets contrefaits retirés de la circulation au second semestre 2012», disent-ils.

Enfin la Banque de France rappelle qu’il est «interdit de refuser ce billet». En effet la protection du cours légal est assurée par l’article R642-3 du Code pénal: «Le fait de refuser de recevoir des pièces de monnaie ou des billets de banque ayant cours légal en France selon la valeur pour laquelle ils ont cours est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 2e classe», lit-on sur le site de la Banque de France.