Charente-Maritime: Le corps de la fillette disparue vendredi a été retrouvé

FAITS-DIVERS Elle a été retrouvée dans un proche secteur de marais...

J. C. avec AFP

— 

Google map de Moragne, en Charente-Maritime.
Google map de Moragne, en Charente-Maritime. — 20 MINUTES

Le corps de la fillette, qui était activement recherchée depuis sa disparition vendredi près d'un village de Charente-Maritime, a été retrouvé samedi dans un proche secteur de marais, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.

 

La fillette de 23 mois avait échappé à la vigilance de sa famille sur un terrain attenant à des champs dans le village de Moragne. Le parquet de La Rochelle avait souligné qu'aucun élément n'indiquait un enlèvement ou une piste criminelle mais les enquêteurs craignaient les risques d'une hypothermie et ceux liés à la présence de nombreux plans d'eau.

Deux cent cinquante gendarmes à sa recherche

La famille de l'enfant a été informée en milieu d'après-midi de la découverte du corps, dans des circonstances qui n'ont dans un premier temps pas été précisées. Parquet et gendarmes devaient tenir une conférence de presse à Moragne en fin d'après-midi.

Un important dispositif, avec quelque 250 gendarmes, militaires, deux hélicoptères, ainsi que des dizaines de bénévoles locaux, avait ratissé samedi un cercle d'un rayon de plusieurs kilomètres, dans un paysage de semi-bocage, une alternance de champs de colza, de bois serrés et de haies touffues. Parcourus de nombreux canaux d'irrigation, fossés inondés, et marais.

L'enfant avait disparu alors qu'elle jouait sur un grand terrain de sa famille, des gens du voyage sédentarisés. La disparition avait été signalée vers 16H30, activant les premières recherches, avec une cinquantaine de gendarmes, des chiens, des hélicoptères. «On pense qu'elle est passée par un trou dans une haie qui donne sur des champs, parce que les chiens marquent à cet endroit», avait indiqué dans la matinée le procureur de La Rochelle, Isabelle Pagenelle, à une correspondante de l'AFP.

Selon elle, deux jeunes filles avaient aussi dit avoir aperçu l'enfant seule, peu après sa disparition, avant de perdre sa trace. Samedi, des chiens avaient aussi «marqué» un champ de colza, amenant les militaires à le sillonner longuement.