Un «ami» aurait aidé Tony Meilhon à démembrer Laëtitia Perrais

JUSTICE Après avoir accusé un complice au premier jour de l'audience, ce jeudi la mère de Tony Meilhon doit venir témoigner...

A Nantes, Guillaume Frouin (avec AFP)

— 

Premier jour d’audience devant la cour d'assises de Nantes pour Tony Meilhon, le 22 mai 2013.
Premier jour d’audience devant la cour d'assises de Nantes pour Tony Meilhon, le 22 mai 2013. — F. ELSNER / 20 MINUTES

Premier jour d’audience devant la cour d'assises de Nantes pour Tony Meilhon, et premier coup de théâtre. Le délinquant multirécidiviste de 33 ans a mis en cause mercredi un mystérieux «ami» dans la mort de Laëtitia Perrais, qu’il est accusé d’avoir enlevée et tuée en janvier 2011 près de Pornic.

«Je ne vous révélerai pas son identité : c’est moi qui ai fait appel à lui, le matin des faits», prévient toutefois Tony Meilhon. «Si j’ai fait appel à lui, ce n’est pas pour le dénoncer après...»

Subite prise de conscience

Ledit complice – qui lui aussi aurait fait « »des choses très très graves dans la vie» – aurait jeté le tronc de l’adolescente dans un étang de Port-Saint-Père, tandis que Tony Meilhon aurait fait de même avec la tête et les jambes dans le plan d’eau de Lavau-sur-Loire. Et c’est ce « »Monsieur X» qui l’aurait démembré.

« »La vibration de la scie, le bruit que cela faisait… Je ne pouvais pas continuer, ce n’était pas possible que je fasse une chose aussi atroce», lâche l’accusé. «Vous savez, moi, dès que je vois une goutte de sang…»

Une version donc «totalement inédite» par rapport à l’instruction, relève le président de la cour d’assises, qui s’expliquerait par une subite prise de conscience de l’accusé. «J’ai vu M. Perrais à la télé, j’ai vu la douleur des proches de Laëtitia», explique Tony Meilhon. «A l’époque, je me foutais de tout... Aujourd’hui, je me dois de dire la vérité. Pour sa famille, ses amis mais aussi pour Laëtitia.»

Violée par Gilles Patron ?

Cette première journée d’audience a aussi permis d’en savoir plus sur l’adolescente de 19 ans : en janvier 2011, elle traversait une période de «mal-être», selon des écrits qu’elle a laissés.

Elle aurait même confié à une amie avoir été violée par Gilles Patron, le père de sa famille d’accueil - qui a été émis en examen depuis pour des faits similaires sur sa sœur jumelle Jessica. Faits que l’intéressée avait réfutés par la suite.

Déjà incriminé un tiers blanchi par la suite

Au cours de l'instruction, Tony Meilhon a déjà donné plusieurs versions très différentes dont une incriminant nominalement un autre tiers, blanchi par l'enquête et dont il a reconnu mercredi à l'audience qu'il était innocent.

L'accusé a également reconnu qu'au cours de ses interrogatoires depuis son interpellation le 20 janvier 2011, il avait «essayé de (se) faire passer pour fou». «Il est difficile à porter, ce crime», a-t-il ajouté.

Jeudi, sa mère doit témoigner

Lors de la deuxième journée d'audience jeudi, l'interrogatoire de Tony Meilhon se poursuivra sur sa vie à partir de son premier séjour en prison à 16 ans. Des membres de sa famille, dont sa mère, seront appelés à témoigner.