La difficile prévention des accidents domestiques

Alexandra Luthereau

— 

 Capture d'écran du site lesmamansassurent.com - 20 minutes
 Capture d'écran du site lesmamansassurent.com - 20 minutes — 20Minutes.fr

Phénomène sous-estimé, les accidents de la vie courante tue chaque année 20.000 personnes. Cinq fois plus que les accidents de la route. Pourtant, la prévention et les campagnes de sensibilisation sur le sujet sont beaucoup moins importants. Les mères de familles, interrogées dans le cadre de l’enquête (lire ci-dessous) sur les accidents de la vie courante menée par l’association Gema Prévention, admettent qu’on«on entend moins de choses sur les accidents domestiques», alors que «pour la route, l’alcool, le tabac, il y a des pubs très pertinentes». Et qui fonctionnent.

Prévention, réglementation et législation

Mais la prévention reste difficile. Un accident domestique relève de l’intimité du foyer et implique la responsabilité parentale, notamment celle la mère. 54% des Français attribue cette responsabilité aux femmes, selon l’enquête. Aussi, en parler, libérer la parole sans culpabiliser ou sans juger est l’objectif de Gema Prévention et du collectif interassociatif de lutte contre les accidents de la vie courante (Clac), dont l’association est membre fondateur.
 

Première cause de mortalité chez les 1-4 ans

L’autre difficulté tient au fait que le sujet est vaste, les accidents et les cibles divers. Cibler plutôt les jeunes enfants (1 à 4 ans) pour qui les accidents domestiques représentent la première cause de mortalité ou bien les personnes âgées, premières victimes des chutes mortelles? Privilégier la sensibilisation aux brûlures, aux électrocutions ou aux défenestrations?
 
Dans un premier temps, Gema Prévention a choisi de cibler les jeunes enfants et la sensibilisation des mamans via le site Internet lesmamansassurent.com et sa page Facebook. Ce dispositif permet l’échange de bons conseils et d’astuces entre mamans qui méconnaissent ou se méprennent sur les risques, pièces de la maison dangereuses comme l’indique l’enquête. En attendant que Gema Prévention et le Clac obtiennent le label grande cause nationale demandé, sans succès, en 2011 et 2013.
 

Les personnes âgées, premières victimes des accidents domestiques

En plus de la prévention, les réglementations et la législation sont efficaces  pour diminuer le nombre d’accidents. Par exemple, en 2004, les propriétaires de piscines privées se sont vus obligés de poser un système de sécurité. Depuis, les noyades ont baissé de 3%. En 2014, tous les foyers devront être équipés d’une alarme incendie, des résultats sur la baisse des décès causés par des incendies domestiques sont donc attendus.  
                       
Les premières victimes de ces accidents sont les personnes âgées. Ainsi, chaque année, 88% des 9.400 personnes qui font des chutes mortelles ont plus de 65 ans et 2.000 personnes âgées meurent à la suite de suffocation ou d’étouffement. Et les chiffres ont tendance à augmenter du fait du vieillissement de la population. La prise en compte du sujet est donc urgente.