La Cour des comptes critique la gestion des enseignants

avec AFP

— 

La Cour énumère une série de recommandations. Il faut notamment "redéfinir" le métier d'enseignant, car aujourd'hui seules les heures de cours figurent dans les "obligations de service"
La Cour énumère une série de recommandations. Il faut notamment "redéfinir" le métier d'enseignant, car aujourd'hui seules les heures de cours figurent dans les "obligations de service" — Thomas Samson afp.com

La gestion des enseignants souffre de «multiples dysfonctionnements», selon la Cour des comptes, qui prône une «réforme d'ensemble» pour aboutir à une revalorisation de leur métier, afin de surmonter la double crise des vocations et de la baisse des résultats des élèves.

«Le problème n'est pas celui du nombre d'enseignants ou d'une insuffisance des moyens»: la suppression de 80.000 postes sous le précédent quinquennat ou la création de 60.000 postes en cinq ans «sont vaines si elles se font à règles de gestion inchangées», juge la Cour dans son rapport «Gérer les enseignants autrement», publié mercredi.

C'est «l'utilisation des moyens existants qui pose problème: la gestion des enseignants se caractérise en effet depuis de nombreuses années par de multiples dysfonctionnements», dit-elle, énumérant une série de recommandations autour de «quatre axes».

837.000 enseignants pour 12 millions d'élèves

Il faut «redéfinir» le métier d'enseignant, car aujourd'hui, seules les heures de cours, devant les élèves, figurent dans les «obligations de service». La Cour préconise aussi de «mieux valoriser» les enseignants. Selon l'Insee, sur les traitements perçus en 2009, «la rémunération nette annuelle des enseignants est inférieure de 35% à celle d'un cadre non enseignant de la fonction publique».

La Cour recommande également «d'affecter les enseignants en fonction de la réalité des postes et des projets d'établissements» et d'instituer dès la formation initiale la possibilité d'enseigner deux ou plusieurs disciplines au collège. Enfin, les Sages de la rue Cambon suggèrent, dans les académies, la mise en place d'une «gestion de proximité des ressources humaines, communes au premier et au second degré». Il y a 837.000 enseignants, pour 12 millions d'élèves.

La loi sur la refondation de l’école au Parlement

La France est au 18e rang sur 34 pays membres de l'OCDE pour la performance de ses élèves. L'impact de l'origine sociale des élèves sur leurs résultats est deux fois plus important en France que dans les pays qui réussissent le mieux. La Cour a analysé la gestion des enseignants dans cinq académies: Bordeaux, Lille, Limoges, Nantes et Versailles.

Elle rappelle que Vincent Peillon a lancé la «refondation de l'école» avec une loi actuellement débattue au Parlement. Interrogé, le ministère estime notamment que «la Cour des comptes ne peut ignorer la réalité constatée par tous les parents de France d'une dégradation des moyens donnés ces dix dernières années à l'école».