Meurtre de Laëtitia Perrais: La mère de Tony Meilhon, partie civile contre son fils?

M. Go. avec AFP

— 

Reproduction faite le 28 janvier 2011 à Pornic d'une  photo non datée de Tony Meilhon, mis en examen dans l'affaire Laëtitia.
Reproduction faite le 28 janvier 2011 à Pornic d'une photo non datée de Tony Meilhon, mis en examen dans l'affaire Laëtitia. — AFP PHOTO

Vers une première judiciaire. La mère de Tony Meilhon, meurtrier présumé de Laetitia Perrais, dont le procès débute le 22 mai devant la cour d'assises de Loire-Atlantique, entend se constituer partie civile contre son fils, a indiqué ce vendredi à l'AFP son avocat Me Yvon Chotard, confirmant des informations publiées par plusieurs médias.

>> Les articles sur Tony Meilhon

«Le crime est tellement horrible, que ça rejaillit sur les proches de l'auteur du crime et en particulier sa mère», a expliqué Me Chotard.

Elle a «déjà eu l'occasion d'accompagner son fils deux fois aux assises pour des affaires évidemment moins graves, mais des crimes».

Des menaces, du chantage affectif

«Elle a subi des menaces, du chantage affectif et pas qu'affectif, depuis l'incarcération de son fils, par lui, et elle est sur la défensive à tous points de vue: elle est citée comme témoin par la cour d'assises, on n'a pas de système de témoin assisté devant une cour d'assises et elle veut être défendue», a expliqué Me Chotard.

«Même si la constitution de partie civile n'est pas acceptée, il restera qu'elle a voulu se constituer partie civile, qu'elle a voulu mettre de la distance entre le criminel et elle», a-t-il ajouté, précisant que si la constitution de partie civile était acceptée, il s'agirait sans doute d'une «première».

«Ce n'est pas parce que Tony Meilhon a été son fils, est son fils, qu'elle a l'obligation inconditionnelle d'être dans son clan», a ajouté Me Chotard. «C'est quelqu'un qui a beaucoup souffert dans son existence, qui a souffert des hommes, et elle ressent ce qui est arrivé à la victime comme si elle avait été elle même à sa place.»

Un corps démembré et dissimulé

«Elle entend dire publiquement à la juridiction criminelle, aux médias et à son fils: ‘Je ne suis pas coupable, je ne suis pas responsable de ce qu'est devenu mon criminel de fils, je suis une victime, une victime directe, de ses agissements», a souligné Me Chotard.

Laetitia Perrais, 18 ans, a été vue pour la dernière fois vivante, en compagnie de Tony Meilhon avec lequel elle avait bu un verre, dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011. Son scooter a été retrouvé à l'aube du 19 janvier, accidenté à quelques dizaines de mètres de son domicile.

Interpellé le 20 janvier, Tony Meilhon affirmait l'avoir accidentellement tuée mais la jeune femme, dont le corps, retrouvé après de longues recherches, démembré et dissimulé dans deux points d'eau distants de plusieurs dizaines de kilomètres, le 1er février et le 9 avril suivants, avait en réalité été étranglée et poignardée plus d'une trentaine de fois.